Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Les habitants de Nuits-Saint-Georges apportent leur contribution au grand débat

mardi 29 janvier 2019 à 1:53 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

La France vit jusqu'au 15 mars au rythme du grand débat, lancé par Emmanuel Macron suite au mouvement des gilets jaunes. A Nuits-Saint-Georges, la municipalité a décidé d'organiser plusieurs débats. Le premier avait lieu ce lundi soir soir à la salle des fêtes, avec une cinquantaine de participants.

Quelque cinquante personnes ont répondu à l'invitation à venir débattre
Quelque cinquante personnes ont répondu à l'invitation à venir débattre © Radio France - Jacky Page

Nuits-Saint-Georges, France

Dans le cadre du grand débat national, la population de Nuits-Saint-Georges (Côte-d'Or) et de ses environs a pu s'exprimer ce 28 janvier à la salle des fêtes. Le maire de la ville, Alain Cartron, a décidé d'organiser plusieurs débats, jusqu'à quatre si nécessaire. Alain Cartron n’a pas souhaité ouvrir de cahiers de doléances, qu’il dit sans détours ne pas aimer : « ça va être un petit mot ou une grosse lettre, qui va partir, qui va être lu par on ne sait pas qui, et qui n’aura pas de discussion. Ce que je voudrais ce soir, c’est que quelqu’un lance une idée, qu’un autre lui dise qu’il est d’accord, un autre qu’il n’est pas d’accord, et on va trouver ensemble comment il faut formuler le problème ». 

Débat autour du système électoral

Chacun a pu effectivement exposer son point comme par exemple sur le système électoral. Il a été proposé que le vote blanc soit reconnu, mais que dans ce cas le vote devienne obligatoire. Si l’introduction de la proportionnelle dans l’élection des députés a eu les faveurs de certains, d’autres ont objecté qu’il ne faudrait surtout pas recréer la France ingouvernable de la IVe République. 

Ou du système fiscal

Le système fiscal a également été débattu. A celle qui regrettait que les Français soient parmi les plus imposés au monde, une autre habitante a expliqué que ces impôts nous permettaient d’offrir une scolarité gratuite à nos enfants, ou encore une prise en charge médicale et hospitalière à peu de frais, contrairement à d’autres pays où il faut pour cela débourser des sommes exorbitantes. « Le problème, c’est comment faire pour que l’État ait plus d’argent ?», résume un homme. Un autre explique qu’il n’est pas favorable au rétablissement de l’ISF, l’impôt sur la fortune, parce qu’il préfère savoir qu’un personnage aisé paye ses impôts en France plutôt que d’essayer de fuir à l’étranger. Il faudrait réaliser une Europe fiscale, dit-il. 

Comment réformer le mille-feuille administratif ?

Comment réaliser des économies ? En réformant le mille-feuille administratif français par exemple. Mais quel niveau sacrifier ? Le conseil départemental ? Les petites communes, comme le suggère un participant ? Avant de s’attirer aussitôt les foudres de deux conseillers municipaux de petits villages, justement, qui soulignent qu’ils sont bénévoles, ne gagnent rien dans l’exercice de leurs fonctions, et qu’au contraire, en réalisant certaines corvées pour le compte de la communauté, ils lui évitent des dépenses. Un débatteur est applaudi quand il déclare que les députés européens français, parmi les moins assidus au Parlement européen, devraient être pénalisés quand ils ne font pas acte de présence dans l'hémicycle.

A l’issue de la soirée, Alain Cartron affichait un grand sourire : « les gens ont pu échanger de façon très courtoise et très constructive. Les deux adjoints qui ont pris des notes tout le temps vont avoir quelques bonnes idées à faire ressortir. Je pense que ça vaut le coup ». Le prochain débat à Nuits-Saint-Georges aura lieu le 11 février.