Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les homards et le champagne de François de Rugy passent mal à Marseille dans l'opinion publique

-
Par , France Bleu Provence

François de Rugy était ce dimanche matin juste derrière Emmanuel Macron dans la tribune officielle du défilé du 14 juillet. Une façon de soutenir pour le président de soutenir le ministre de la transition écologique, au cœur de la polémique sur ces dîners à l'Assemblée nationale.

François de Rugy au défilé du 14 juillet à Paris
François de Rugy au défilé du 14 juillet à Paris © Maxppp -

Marseille, France

À Marseille, l'affaire de Rugy  est mal digérée dans l'opinion publique. Dans les quartiers encore marqués par les effondrements des immeubles de la rue d'Aubagne, Afid fréquente de nombreux délogés. "Ça nous pique de savoir que le président de l'Assemblée a pu refaire ses appartements pour 60 000 euros, dit-il. Si nous on avait les mêmes pouvoirs, je ne sais pas si on mettrait autant d'argent".

Chez les élus de la gauche, le ton est également virulent. "Si on a un minimum d'éthique, on doit démissionner, affirme Jean Marc Coppola chef de file des communistes au Conseil municipal de Marseille. Il y en a qui démissionnent pour moins que ça dans les pays scandinaves. Mais si François de Rugy ne veut pas démissionner, et bien le président de la République doit prendre ses responsabilités."

Emmanuel Macron a au contraire affiché son soutien au ministre de la transition écologique. Lors du défilé du 14 juillet, l'ancien président de l'Assemblée nationale était assis juste derrière le chef de l'Etat.