Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les magistrats, attaqués par François Fillon et ses soutiens, en ont vu d'autres !

dimanche 5 mars 2017 à 7:00 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

Dans son allocution jeudi dernier annonçant sa prochaine convocation par la justice en vue d'une mise en examen dans le cadre des emplois présumés fictifs de ses enfants et de son épouse, François Fillon, s'en est pris violemment à l'institution judiciaire et aux magistrats.

"l'Etat de droit a été systématiquement violé", a accusé F Fillon, pour qui c'est la présidentielle elle-même "qu'on assassine"
"l'Etat de droit a été systématiquement violé", a accusé F Fillon, pour qui c'est la présidentielle elle-même "qu'on assassine" © Maxppp - Maxppp

Le rassemblement du Trocadéro - à 15h ce dimanche après-midi - présenté d'abord par l'hebdomadaire Valeurs actuelles comme une "manifestation contre le coup d'Etat des juges, qui confisquent l'élection présidentielle en orchestrant une traque anti-Fillon", est devenue depuis un "rassemblement de soutien" au candidat.

Le candidat de la droite a dénoncé une "enquête à charge", "un assassinat politique". Des accusations qui ne sont pas nouvelles contre les juges.

Alain Leroux est Procureur adjoint au Tribunal de Grande Instance d'Orléans et représentant régional de l'Union syndicale des magistrats, premier syndicat de magistrats en France

Nous sommes habitués à ce que l'on tape sur les magistrats, parce que c'est devenu un sport national

"Nous sommes par exemple les responsables des récidives parce que nous sommes trop laxistes, parfois nous sommes trop sévères, on est des Fouquier-Tinville*, enfin bref on a eu toutes sortes de remarques désagréables. On a été comparé à des petits pois par Nicolas Sarkozy, nous avons encore très récemment été traités de lâche dans le livre de François Hollande, et là, on nous dit le fonctionnement de la magistrature impacte le calendrier de la présidentielle ! Oui, ça peut impacter la présidentielle parce que tout simplement la Justice fait partie de la Démocratie."

La Justice est aussi le reflet de ce que pense la société, de ce que pensent les concitoyens

"Les citoyens que nous voyons dans les tribunaux, souvent en situation difficile, précaire. Ces gens-là ne peuvent plus supporter les abus qui sont commis et ils attendent de nous que nous fassions appliquer les limites, c'est à dire la Loi."

"Actuellement, on pourrait aussi taxer les magistrats du Parquet d'être à la botte du politique, mais ceux qui disent cela, ce sont la plupart du temps des parlementaires qui ont refusé de voter les lois organiques** qui permettaient justement de pouvoir déconnecter complètement le Parquet du pouvoir politique et de nous mettre au niveau des standards européens comme cela est recommandé dans toute l'Europe, d'être totalement déconnecté que ce soit magistrats du siège ou du parquet du pouvoir politique. Et le Parquet est en attente de cet acte qui permettra de déconnecter les magistrats du parquet de toute suspicion d'influence du pouvoir politique."

*Antoine Quentin Fouquier de Tinville, dit Antoine Fouquier-Tinville est un homme de loi et révolutionnaire français, accusateur public du Tribunal révolutionnaire. C'est Fouquier-Tinville qui eut l'idée de propager des rumeurs pour juger la reine Marie-Antoinette. Il est mort guillotiné le 7 mai 1795.

** Une loi organique est une loi relative à l'organisation et au fonctionnement des pouvoirs publics. Votée par le parlement, elle précise ou complète les dispositions de la Constitution qui a fixé les principes généraux.