Politique

Les maires dans la rue pour dénoncer la baisse des dotations de l'Etat

Par Marina Cabiten, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Périgord et France Bleu samedi 19 septembre 2015 à 5:00 Mis à jour le samedi 19 septembre 2015 à 14:44

Maire - illustration
Maire - illustration © Max PPP

Les maires de toute la France et de tous bords politiques sont mobilisés ce samedi, pour dénoncer la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. C'est l'Association des maires de France qui a lancé cette journée d'action.

C'est François Baroin, le président Les Républicains de l'Association des maires de France (AMF), qui est à l'origine de cette journée nationale d'action contre la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. Elus mais également citoyens sont appelés à manifester. 

"Une première"

Des centaines de maires, pour la plupart de droite mais avec quelques rares participants socialistes, ont répondu présent. Ils ont été rejoints par certaines "têtes d'affiche", comme François Bayrou qui a défilé dans sa ville de Pau. Chez Les Répulicains, Alain Juppé maire de Bordeaux a pris la tête des 200 élus girondins qui ont manifesté dans la capitale d'Aquitaine. Il s'est déclaré "totalement solidaire du mouvement".

"Ce qui nous est demandé, c'est trop vite, c'est trop fort et ça n'est pas supportable." Alain Juppé

 Entamée en 2014, la baisse des dotations doit représenter sur quatre ans un manque à gagner de 28 milliards d'euros pour les collectivités territoriales, dont 15,8 milliards pour les communes. "Inacceptable" pour l'AMF qui réclame, avec d'autres associations d'élus, une réduction des volumes et une révision du calendrier. Déjà, nombre de communes et collectivités ont dû réduire leur budget d'investissement pour compenser cette baisse des dotations, selon un rapport sénatorial paru en juillet. Et les maires mettent en garde contre une réduction à venir des frais de fonctionnement ou des subventions aux associations qui menacerait les services de proximité rendus à la population.

L'association a pour l'occasion mis en ligne une vidéo, "Ensemble faisons cause commune le 19 septembre", qui dresse un tableau très noir de ce que deviendrait la vie des Français sans les services financés par ces dotations. François Baroin estime que cette journée de mobilisation "est une première dans l'histoire de l'AMF."

  

Des communes jusqu'à l'Europe

 Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation, a de son côté affirmé que seule une trentaine de communes sont en "grave difficulté budgétaire", et dénonce un discours alarmiste. Et même si 90% des maires des 36.000 communes sont adhérents de l'AMF, l'ampleur de la mobilisation reste à voir. Pour Pierre Cohen, président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESR), la journée de samedi est "une manoeuvre", "une instrumentalisation de Baroin et d'un certain nombre de gens autour de l'ex-UMP pour essayer de mobiliser les élus et les citoyens contre le gouvernement".

Selon un sondage publié mercredi, 62% des Français jugent justifiée la journée d'action de ce samedi. Cette dernière doit lancer une mobilisation plus large des élus avant la présentation de la loi de finances 2016 et sa discussion devant le Parlement. Mais François Baroin veut aller plus loin. L'ancien ministre de l'Economie s'est rendu le 17 septembre à Bruxelles avec une délégation de l'AMF pour rencontrer le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Car selon l'élu Les Républicains, les difficultés des élus locaux seront un frein au plan de relance européen par l'investissement, dit plan Juncker.

La mobilisation près de chez vous