Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les maires de France en congrès à quatre mois des élections municipales

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dernier grand rendez-vous des collectivités avant les municipales de mars, le 102e congrès de l'Association des maires de France (AMF) s'ouvre ce lundi à Paris. Emmanuel Macron y est attendu mardi après-midi, dans une ambiance apaisée.

Marianne portant une écharpe tricolore
Marianne portant une écharpe tricolore © Maxppp -

Il y a un an, Emmanuel Macron ne s'était pas déplacé au congrès de l'Association des maires de France. Le climat entre l'exécutif et les élus locaux était tendu depuis le début du quinquennat. Changement d'ambiance cette année : le président de la République sera bien là mardi, et François Baroin, président de l'AMF, assure que les maires lui réserveront un accueil très respectueux, même si des désaccords persistent notamment sur la baisse des moyens financiers des collectivités, la fiscalité locale, ou les intentions présidentielles en matière de décentralisation.

Dernier grand rendez-vous des collectivités avant les municipales de mars, le congrès de l'AMF rassemblera jusqu'à jeudi quelque 12.000 élus porte de Versailles à Paris. Ce lundi, une journée sera consacrée à l'Outre-Mer. Mardi, pour l'ouverture solennelle du congrès, le discours du chef de l'État portera sur "les grands enjeux" pour "renouveler le pacte républicain entre le président et les maires". Le lendemain, mercredi, il recevra 1.500 d'entre eux à l'Elysée. Et jeudi, le Premier ministre Edouard Philippe clôturera le congrès.

Depuis plusieurs mois, l'exécutif s'est attaché à resserrer les liens avec les édiles, en les faisant notamment participer activement au "grand débat". Ils se sont fortement mobilisés à cette occasion pour trouver une issue à la crise des "gilets jaunes". Cette opération séduction s'est accélérée à l'approche des municipales.

Signe d'un regain de confiance : à quatre mois du scrutin, les maires ne sont plus que 28% à ne pas souhaiter se représenter en 2020, contre environ un sur deux il y a un an, selon une étude du Cevipof, publiée juste avant l'ouverture du congrès. C'est sensiblement la même proportion que lors des municipales de 2014. 

Reste que certains malaises persistent : plusieurs maires et associations d'élus de petites et moyennes communes ont lancé dimanche dans le JDD un "cri d'alarme" à Emmanuel Macron. "Chaque jour dans nos communes, nous constatons la dégradation rapide du 'vivre ensemble' au profit d'une tension sociale", écrivent les signataires, qui demandent "plus de moyens humains, matériels et logistiques" face à la "recrudescence" des incivilités du quotidien et de la délinquance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu