Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales et départementales : les maires des Pyrénées-Orientales pour le maintien du scrutin en juin

-
Par , France Bleu Roussillon

Sur consigne du gouvernement, les maires ont dû se prononcer sur la question du report des élections régionales et départementales des 13 et 20 juin. Dans le département des Pyrénées-Orientales, près de 73% des maires sont favorables au maintien des élections. La tendance est similaire en France.

Dans les Pyrénées-Orientales 73% des maires se disent favorables au maintien des élections régionales et départementales de juin prochain.
Dans les Pyrénées-Orientales 73% des maires se disent favorables au maintien des élections régionales et départementales de juin prochain. © Radio France - Noémie Guillotin

Pensez-vous que toutes les conditions sont réunies pour maintenir les élections régionales et départementales des 13 et 20 juin prochain ? La question a été posée aux quelque 36.000 maires de France dont les 226 maires des Pyrénées-Orientales. Ils avaient jusqu'à ce lundi midi pour répondre à cette consultation lancée par le gouvernement vendredi dernier. D'après les premiers résultats les maires se prononcent majoritairement en faveur d'un maintien aux dates prévues, en tout cas ils estiment que les conditions sont réunies pour maintenir le scrutin.

Dans les Pyrénées-Orientales, 73% des maires majoritairement favorables 

Dans les Pyrénées-Orientales,73% des maires sont favorables au maintien du prochain scrutin en juin. Edmond Jorda, le maire de Sainte-Marie et président de l'Association des maires de France dans le département ne cache pas sa surprise, lui-même avait émis un vote défavorable : "On ne s'attendait pas forcément à ce résultat. Presque tous maires élus au conseil de l'agglomération de Perpignan étaient favorables au report de ces deux scrutins, trop difficiles à organiser". 

Décalage entre zones rurales et zones urbaines 

Edmond Jorda ajoute : "Il y a je pense une vraie _différence entre le monde rural et le monde urbain_. Les petites communes rurales sont plutôt épargnées par la crise sanitaire, par l'abstention. C'est peut-être plus simple aussi d'organiser le scrutin. Le monde rural a plutôt voté en faveur je pense et il ne faut pas oublier que la France est rurale". 

On doit maintenir ces élections pour garder la respiration démocratique dont nous avons besoin - Jean-Paul Billès, maire de Pézilla-la-Rivière

Jean-Paul Billès, maire de Pézilla-la-Rivière, une commune de 3.700 habitants et 2.200 votants, a émis un avis favorable au maintien, il explique : "La vaccination s'accélère, au mois de juin près de la moitié des Français auront été vaccinés d'après les prévisions. On sera sûrement dans de meilleures conditions qu'on ne l'était aux précédentes élections municipales. On doit maintenir ces élections pour garder la respiration démocratique dont nous avons besoin". 

Les maires favorables au report des élections plutôt en zones urbaines

Malgré tout près d'un tiers des maires sont défavorables à ce maintien des élections régionales et départementales, la plupart sont dans des zones urbaines. Parmi eux, Louis Aliot, le maire de Perpignan, ville de 120.000 habitants, il explique pourquoi il est défavorable : "On doit organiser deux élections, à Perpignan il va falloir plus de 400 personnes pour organiser ces scrutins, ça me semble totalement utopique. Et puis, il y a une différence de taille avec les municipales de juin dernier, il ne restait que le second tour. Là, il n'y aura même pas de campagne. À mon avis, c'est de nature à fausser les résultats de ces élections". 

À quelques kilomètres de là, dans son bureau dans la mairie de Pollestres, Jean-Charles Moriconi partage cet avis, avec une inquiétude supplémentaire : assurer la sécurité de ses électeurs. Lui-même a eu la Covid-19 en nombre 2020, il est resté trois semaines dans le coma, c'est un peu un rescapé : "J'ai été touché de plein fouet par la maladie, elle m'oblige à regarder la situation sanitaire avec plus d'intérêt encore". Il marque une pause pour reprendre son souffle : "Et selon moi elle n'est pas assez stable encore. Il y a toujours beaucoup d'admission en réanimation à l'hôpital de Perpignan. On devrait reporter ces élection.." 

La présidente de la région Occitanie pour un maintien 

La présidente de la région Occitanie Carole Delga et la présidente des Pyrénées-Orientales Hermeline Malherbe avaient adressé samedi dernier une lettre commune aux maires du département pour dire leur volonté que ces élections soient maintenues pour éviter que l'on se "détourne de [notre] attachement à la démocratie".

Au total, plus de 24.000 maires (soit 69% de l'ensemble des édiles en France) ont répondu à cette consultation. Parmi eux, 13.513 (soit 56%) se sont déclarés favorables au maintien du scrutin en juin, 9.812 (40%) se sont dits opposés et 4% n'ont pas répondu. "Cette participation importante est à saluer, le ministre de l'Intérieur a remis au Premier ministre des évolutions possibles des modalités du scrutin en s'inspirant directement des propositions des maires", a expliqué la place Beauvau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess