Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les maires du Loiret divisés sur la question du report des élections régionales et départementales

-
Par , France Bleu Orléans

51% en faveur du maintien, 49% pour un report : selon les premières remontées de l'Association des maires du Loiret, les élus sont très partagés sur la question des élections départementales et régionales prévues en juin prochain.

Selon les premières remontées, les maires du Loiret avancent partagés sur la question des élections régionales et départementales : 51% en faveur d'un maintien, 49% d'un report. (illustration).
Selon les premières remontées, les maires du Loiret avancent partagés sur la question des élections régionales et départementales : 51% en faveur d'un maintien, 49% d'un report. (illustration). © Radio France - Noémie Guillotin

Les maires du Loiret semblent particulièrement partagés sur la question des élections régionales et départementales prévues au courant du mois de juin, selon les premières remontées de l'Association des maires du Loiret. Sur les 325 communes, 190 ont d'ores et déjà répondues au sondage du gouvernement : 51% des maires se prononcent pour un maintien des élections, 49% pour un report à une date ultérieure. De son côté, le ministère de l'Intérieur a précisé que les remontées au niveau national ne seront pas communiquées avant mardi, alors qu'un débat est prévu à l'Assemblée nationale, le lendemain ensuite au Sénat. 

Les quelques 36.000 élus de France ont ainsi du se prononcer sur les préconisations du conseil scientifique pour ce scrutin : en extérieur, avec un nettoyage strict des écoles qui accueilleraient les bureaux de votes, ou encore un recours à des personnes vaccinées pour tenir les bureaux. 

Une instrumentalisation selon l'Association des maires du Loiret

Au-delà de la forte remontée de la part des élus, Pauline Martin, la présidente de l'association des maires du Loiret, déplore une forme de précipitation dans la réalisation de cette consultation. "C'est aussi une remontée de la part des maires ne nous concertez pas à la dernière minute. On peut s'exprimer, on est là pour s'exprimer, pour donner notre avis. Mais du vendredi soir, pour le lundi matin, c'est un petit peu limite. Clairement, on a l'impression d'être consulté en dernier ressort puisque nos associations d'élus se sont toutes positionnées, que finalement, on ne nous a pas beaucoup demandé notre avis. Or, c'est quand même nous qui sommes à la manœuvre et c'est nous qui allons organiser les élections."

Pauline Martin évoque un sentiment "d'instrumentalisation", chez les maires "parce que le gouvernement va probablement se servir de cette dernière consultation pour décider ou non du maintien. Si ça se passe bien, tant mieux cela sera grâce au gouvernement, si ça se passe mal, je pense que c'est nous qui porterons le chapeau."

Cela fait très précipité"

Avis partagé également du côté de la mairie socialiste de Saint-Jean-le-Braye. "Le fait de consulter les maires et de laisser un temps de consultation entre le vendredi soir et le lundi matin à 10 heures ne permet pas effectivement de pouvoir en tout cas se réunir en exécutif et de voir quelle est la réponse à apporter", estime la maire, Vanessa Slimani. "Ça pose question aussi sur d'autres aspects. Le sondage est un sondage simple, avec aucun identifiant requis, avec aucune sécurisation, qui est envoyé sur des boîtes mail diverses en fonction des communes. Et donc, tout le monde peut juste cliquer sur le lien, renseigner le nom de la commune et répondre oui ou non, ça peut être fait plusieurs fois, ça fait très précipité." 

Pour l'élue, qui se dit favorable au maintien des élections au mois de juin, "c'est aussi peut-être une façon de se défausser en reportant la responsabilité de la décision. Une tactique pour ne pas avoir à porter la responsabilité d'un report."

Dans un communiqué commun diffusé sous le nom de "Territoires unis", l'Association des maires de France (AMF), l'Assemblée des départements de France (ADF) et Régions de France ont accusé le gouvernement "d'avoir peur du verdict des urnes". "Ce qui se joue en réalité sur le dos des maires et sous le prétexte de la situation sanitaire, c'est le report des élections locales après les présidentielles et législatives car elles seraient des +élections non essentielles+", ont déploré les trois principales associations d'élus. Mardi matin, le maire de Villorceau et président des maires ruraux du Loiret, Daniel Thouvenin, sera l'invité de France Bleu Orléans à 7h45.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess