Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les maires ruraux de la Sarthe opposés à la disparition des professions de foi politiques en papier

lundi 3 octobre 2016 à 18:52 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Le gouvernement veut supprimer les envois par La Poste des programmes des candidats aux élections. Il propose que ces documents soient disponibles uniquement sur Internet. Mais cette décision risque accroître la fracture numérique, dénoncent les maires ruraux de la Sarthe.

Le gouvernement veut en finir avec les envois postaux dès 2017
Le gouvernement veut en finir avec les envois postaux dès 2017 © Maxppp - Christine Hart

Sarthe, France

Cette mesure, déjà rejetée à deux reprises par le passé, fait son retour. Elle figure dans le projet de budget 2017. Si elle est adoptée, elle pourrait s’appliquer dès la prochaine présidentielle. En supprimant l’impression et l’envoi par La Poste des professions de foi des candidats, le gouvernement pense pouvoir réaliser 169 millions d’euros d’économie l’année prochaine (100 millions pour la présidentielle et 69 millions pour les législatives qui suivront). Seule une version dématérialisée de ces professions de foi serait disponible sur Internet.

Les ruraux, "citoyens et électeurs de second rang"

Cette proposition scandalise l’association des maires ruraux de la Sarthe. Dans un communiqué, son président rappelle que "le taux de pénétration d’Internet en zone urbaine est de 98% mais de seulement 75% en zone rurale". Pour Dominique Dhumeaux, "sous prétexte d’économie, on va éloigner du débat démocratique des millions d’électeurs, en majorité ruraux". "Des Sarthois, poursuit l’élu, qui vont se sentir, encore une fois, relayés au rang de citoyen et d’électeur de second rang". En 2014 puis en 2015, les parlementaires avaient rejeté cette proposition, estimant précisément, qu’elle pénaliserait les citoyens n’ayant pas Internet.