Politique

Les menaces sur l'implantation de la Direction régionale de l'agriculture à Limoges : quasiment une affaire d'État

Par Henrique Vieira Campos, France Bleu Limousin jeudi 10 septembre 2015 à 20:26

Limoges, victime de la réforme territoriale?
Limoges, victime de la réforme territoriale?

Avec les départs annoncés des directions du travail ou de la culture, c'est la seule administration que Limoges doit conserver dans la future grande région. Une implantation remise en cause par un haut fonctionnaire chargé d'appliquer la réforme territoriale. Les réactions sont parfois vives.

Depuis quelques jours, fonctionnaires, syndicats et désormais élus de la région montent au créneau, parfois avec colère. Les 80 agents de la DRAAF, la Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et la Forêt, ont appris du jour au lendemain que leur direction régionale risquait d'être une coquille quasiment vide, au lieu de devenir un service renforcé avec 100 à 120 personnes. 

De leur côté, les élus se posent eux en défenseurs du territoire. Si le projet devait aboutir, Limoges perdrait plusieurs dizaines de familles de fonctionnaires (pas très bon pour la commune) et le Limousin perdrait une administration importante (pas très bon pour sa place dans la future région).  

Les élus sortent leur arsenal pour défendre leur région

Et puis n'oublions pas qu'il y a une campagne électorale, les régionales ont lieu en décembre, alors chacun élève la voix. D'un côté, le maire de Limoges et son premier adjoint Guillaume Guérin, chef de file de la droite en Haute-Vienne pour ces élections. De l'autre côté, Gérard Vandenbroucke, président sortant de la Région et chef de file des socialistes haut-viennois. Lettres au gouvernement, au Président de la République, coup de fil et rencontre avec les préfets : chacun sort son arsenal pour défendre sa région, sa ville et son programme électoral.