Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les municipales en Auvergne : participation très faible et des résultats souvent serrés

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les jeux sont faits et tous les conseils municipaux auvergnats vont pouvoir être installés. Le second tour de ces élections municipales a été marqué par une participation extrêmement faible.

Une très faible participation en Auvergne
Une très faible participation en Auvergne © Radio France - Eric Le Bihan

Une participation très faible

Il n'y a pas de chiffre global de la participation en Auvergne. La préfecture de l'Allier est la seule a avoir communiqué un chiffre pour l'ensemble du département à savoir 44,57%. Mais même l'enjeu important dans certaines villes n'a pas fait grimper le nombre de votants, à l'exemple des 38,74% de Montluçon. Un "bon score" comparé aux 30,22% de Clermont-Ferrand, une participation plus faible encore qu'au premier tour qui était déjà très faible. Une tendance très basse de la participation, record historique pour cette élection municipale inédite

La plupart des candidats espéraient que, la crise sanitaire passée, la participation allait être nettement supérieure au premier tour. Certains osaient même passer la barre des 50%. On en est loin, malgré quelques exceptions, comme les 93,85% de participation à Virargues dans le Cantal. Une exception même si le Cantal et la Haute-Loire ont, une fois de plus, mieux voté que l'Allier ou le Puy-de-Dôme.

Des maires confirmés

La prime au sortant a fonctionné, peut être plus encore cette fois après la gestion de la crise sanitaire. Sans surprise, Clermont-Ferrand est resté à gauche avec une victoire assez nette d'Olivier Bianchi. A Riom, Pierre Pécoul a remporté le duel très serré face à la gauche. Dans l'Allier, Pierre-André Périssol et Frédéric Lagarde seront toujours les maires de Moulins et Montluçon. Même chose à Chamalières où Louis Giscard d'Estaing est réélu même s'il ne passe pas la barre des 50%. Enfin à Aurillac, Pierre Mathonier garde la ville à gauche; la surprise vient de son score puisque le scrutin est bien moins serré que prévu.

Des scrutins très serrés

En revanche, dans de nombreuses communes, l'élection se fait à quelques bulletins près. Il y a 5 voix d'écart à Aubière, 6 voix à Vic-sur-Cère, 7 voix à Pont-du-Château et La Bourboule, 9 à Volvic ou encore 67 à Riom. Des écarts très faibles qui pourraient bien être à l'origine de recours devant le tribunal administratif. 

LREM rate son implantation locale

Le parti du président de la République n'aura pas de maire en Auvergne. Le seul maire sortant qui revendiquait l'étiquette LREM, Laurent Masselot, à Ceyrat, a été nettement battu. Les alliances du second tour ont fait pschitt à Clermont-Ferrand et Aurillac. Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy à Clermont ne grignotent que 0,2% alors que Jean-Antoine Moins et Catherine Amalric à Aurillac font bien moins que leur total du premier tour. Une déception très nette pour ces deux listes qui espéraient bien conquérir deux mairies emblématiques de gauche. Au final, LREM aura quelques dizaines de conseillers municipaux en Auvergne, bien loin de ce qu'espérait le parti.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu