Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les parlementaires isérois répondent au président de la République

lundi 9 juillet 2018 à 17:36 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère

Le chef de l’État a réuni les parlementaires en Congrès à Versailles lundi après-midi.

Frédérique Puissat (à gauche) sénatrice LR de l'Isère avec Patricia Morhet-Richaud, LR , Hautes-Alpes
Frédérique Puissat (à gauche) sénatrice LR de l'Isère avec Patricia Morhet-Richaud, LR , Hautes-Alpes -

Emmanuel Macron a fait le bilan de sa première année puis il a annoncé sa politique pour l'année à venir :

  • Un prochain plan de "baisse des dépenses publiques"   
  • Une réforme de l'apprentissage : 15 millions d'euros seront mobilisés sur cinq ans pour former un million de jeunes et un million de chômeurs longue durée
  • Un plan de lutte contre la pauvreté qui sera présenté en septembre et mis en œuvre en 2019 

Emmanuel Macron souhaite également revoir l'appui de l'État. "Le défi de l'année à venir est simple : l'État providence du XXe siècle était conçu pour le plein emploi. Nous devons construire l'État providence du XXIe siècle", selon le Président de la République. Un rencontre syndicats-patronat aura lieu le 17 juillet. Le président annonce vouloir "jeter les bases d'un nouveau contrat social". Selon lui, la "frontière véritable" en Europe est celle qui sépare "progressistes" et "nationalistes".

Il a été reproché lundi à Emmanuel Macron de ne pas rester pour écouter et répondre aux parlementaires. Ce qui lui est interdit par la Constitution. Le président a annoncé lundi qu'un amendement sera introduit dans le projet de révision, pour qu'en 2019, il puisse rester pendant tout le Congrès.

C'est la révision de 2008, sous Nicolas  Sarkozy, qui permet au Président de la République de se présenter devant les assemblées. Ce qui était impossible depuis le début de la République, hantée par les coup d'États des Bonaparte.

Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Réforme constitutionnelle

Il a proposé de déposer un amendement afin de pouvoir, l’an prochain, rester au Congrès pendant les débats parlementaires qui suivent son allocution. La constitution ne le lui permet pas actuellement.

État providence du XXIe siècle

Le 17 juillet, son rendez-vous avec les organisations syndicales et patronales doit « jeter les bases d’un nouveau contrat social, celui du siècle qui s’ouvre », a dit le chef de l'État.

Baisse des dépenses publiques

De nouvelles décisions seront annoncées prochainement. Elles permettront de « tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques », a-t-il promis.

Taxe

Il « soutiendra la proposition de la commission européenne d’une taxe sur le chiffre d’affaires des entreprises qui ne paient pas, aujourd’hui, d’impôts dans notre pays ».

Retraites

« Dès 2019 nous refondrons notre régime de retraite pour protéger mieux ceux dont les carrières sont hachées, instables, atypiques ». « Rien ne changera pour les retraités d’aujourd’hui », a insisté le président de la République.

Le Congrès à Versailles - Aucun(e)
Le Congrès à Versailles -

Plan pauvreté

Présenté « en septembre », mis en œuvre « en 2019 », il s’agira d’ « un accompagnement réel vers l’activité » pour « les plus fragiles ».

Politique « pour les riches » ?

« Une politique pour les entreprises, ce n’est pas une politique pour les riches. C’est une politique pour toute la nation, une politique pour l’emploi, une politique pour les services publics ». 

Emmanuel Macron a dit n’aimer « ni les castes, ni les rentes, ni les privilèges ».

Islam

Dès l’automne, ce culte disposera d’« un cadre et de règles », « garantissant qu’il s’exercera partout de manière conforme aux lois de la République ». D’ici le 15 septembre, une concertation sera organisée par les préfets. Objectifs : améliorer la représentation institutionnelle du culte musulman, le financement des mosquées et la formation des imams et aumôniers.

Crise migratoire

Le chef de l'État s'est prononcé en faveur d' « un renforcement de nos frontières communes en Europe » et pour « une politique de responsabilité et de solidarité au sein de l’Europe. »

  - Visactu
© Visactu -