Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La grève des sapeurs-pompiers sera bien suivie en Meurthe-et-Moselle

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une intersyndicale représentant 85% des sapeurs-pompiers a déposé un préavis de grève qui prend effet ce mercredi 26 juin pour tout l'été. Les soldats du feu de Meurthe-et-Moselle réclament plus de moyens, humain et matériel, et souhaitent le retrait du projet de loi sur la fonction publique.

Camion de pompiers de Meurthe-et-Moselle (illustration)
Camion de pompiers de Meurthe-et-Moselle (illustration) © Radio France - Cédric Lieto

Meurthe-et-Moselle, France

Les sapeurs-pompiers seront en grève dès ce mercredi 26 juin, et ce jusqu’au 31 août, pour protester contre des conditions de travail qui se détériorent. Ils répondent à l’appel de sept syndicats de la profession pour protester contre la réforme de la fonction publique.

En Meurthe-et-Moselle, le mouvement devrait être très suivi parmi les 489 pompiers professionnels selon Patrick Jacquot, le président départemental du syndicat autonome des sapeurs-pompiers. « On va avoir une action assez forte. Pour une fois qu’on est sept syndicats à se retrouver en intersyndicale sur les mêmes revendications, on espère que le gouvernement va nous entendre », précise-t-il.

On est sollicité bien trop souvent

Les sapeurs-pompiers réclament davantage de moyens malgré la présence de 2 200 volontaires dans le département. Alors que les interventions augmentent de 5% chaque année, les effectifs stagnent. « On se rend bien compte qu’on a des problèmes au niveau des effectifs. On fait de nombreuses interventions qui ne nous incombent pas, des carences, qu’on ne devrait plus faire. Mais à part les pompiers, personne ne peut assurer les départs donc on est sollicité bien trop souvent », déplore Frantz Rousseau, le secrétaire départemental de l'UNSA-SDIS 54.

Une mobilisation qui pourrait se prolonger

Les soldats du feu demandent également du nouveau matériel, une revalorisation de la prime de feu et une meilleure protection face aux violences physiques et morales qui augmentent ces derniers mois.

Malgré la grève, les sapeurs-pompiers seront évidemment en poste puisque leur statut les oblige à travailler pour garantir la sécurité physique des personnes. Pour se faire entendre, des tracts seront distribués à la population. Si aucun accord n’est trouvé avec le ministère de l’Intérieur, ils n’excluent pas de manifester dans les grandes villes dès septembre.