Politique

Les réactions des élus socialistes des Pays de Savoie après la victoire de Benoît Hamon à la primaire

Par Romain Dézèque, France Bleu Pays de Savoie lundi 30 janvier 2017 à 9:09

Poignée de main entre le vainqueur et le Premier ministre sortant
Poignée de main entre le vainqueur et le Premier ministre sortant © Maxppp - Maxppp

Que ce soit en Savoie ou en Haute-Savoie, Benoît Hamon a largement devancé Manuel Valls au second tour de la primaire de la gauche. L'ancien ministre de l'Education a obtenu dans les deux départements 59 % des voix, contre 41 % pour l'ancien Premier ministre. Les élus PS réagissent ce lundi matin.

C'est une victoire "nette et attendue" constate la députée de Savoie Bernadette Laclais, soutien de Manuel Valls. Comme au niveau national, les sympathisants de gauche savoyards et haut-savoyards ont majoritairement voté pour Benoît Hamon, à 59 %, alors que l'ancien Premier ministre n'a obtenu que 41 % des voix. Cela confirme les résultats du premier tour. En tout, 30 269 électeurs se sont mobilisés pour ce second tour.

L'heure est donc au rassemblement au sein du PS malgré les fortes divergences qui existent au cœur du parti. Et c'est loin d'être une évidence. "Je ne crois pas à un rassemblement de façade" a d'ailleurs affirmé Bernadette Laclais, qui exprime ses doutes quant à un éventuel soutien à Benoît Hamon.

"Le rassemblement sur des lignes qui ne sont pas claires, ce n'est pas un service à rendre au pays" estime Bernadette Laclais

Du côté des "hamonistes", on espère que la gauche parviendra à se rassembler. Les soutiens de Manuel Valls doivent accepter le jeu de la primaire explique Guillaume Mathelier, secrétaire départemental du PS en Haute-Savoie. "J'en appelle à la responsabilité des socialistes. Nous (les soutiens de Benoît Hamon) avons été minoritaires au PS. Quand certains deviennent majoritaires, d'autres deviennent minoritaires. C'est le cas de cette ligne sociale-libérale aujourd'hui. Elle doit l'accepter."

"Celui qui sort en tête doit assouplir sa position, mais les concessions sont à faire des deux côtés" Thierry Repentin

C'est donc une nouvelle ligne politique, plus à gauche, qui tient les rênes du PS. Un choix fort pour Noëlle Aznar-Molliex, conseillère régionale, conseillère municipale d'opposition à Albertville et soutien de Benoît Hamon.

L'heure du rassemblement a sonné pour Noëlle Aznar-Molliex, qui en appelle aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon

À ceux qui doutent de l'avenir du PS, Thierry Repentin leur répond : "Je ne crois pas que cette primaire sonne le glas du PS." L'ancien ministre, aujourd'hui délégué interministériel et conseille départemental de Savoie, était l'invité de France Bleu Pays de Savoie lundi matin.

"Celui qui sort en tête doit assouplir sa position, mais les concessions sont à faire des deux côtés" pour Thierry Repentin

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -