Politique

Les Républicains : Laurent Wauquiez fait sa rentrée politique, sans officialiser sa candidature à la présidence du parti

Par Julien Baldacchino, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mercredi 30 août 2017 à 20:28

Laurent Wauquiez n'a pour l'instant aucun adversaire majeur face à lui.
Laurent Wauquiez n'a pour l'instant aucun adversaire majeur face à lui. © AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes donnait ce mercredi un meeting aux allures de réunion de campagne, mais n'a pas expressément officialisé sa candidature à la présidence du parti.

La candidature de Laurent Wauquiez à la présidence du parti Les Républicains ne fait quasiment plus aucun doute. Mais pour l'heure, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes ne s'est pas officiellement et expressément déclaré candidat.

"Vous pouvez compter sur moi"

Ce mercredi, à l'occasion d'une réunion publique aux allures de meeting de campagne à Châteaurenard (Bouches du Rhône), Laurent Wauquiez a promis qu'il agirait pour "le rassemblement" de son parti et pour une droite "vraiment de droite". "La famille des Républicains sera unie et il n'y aura pas de division entre nous", a assuré Laurent Wauquiez, promettant de "ne pas rejouer ce que nous avons connu avec Jean-François Copé et François Fillon" lors des précédentes élections internes en 2012.

"Vous pouvez compter sur moi. Je vous en fais la promesse solennelle, je ne céderai jamais, je ne me renierai pas et je ne ferai pas marche arrière en disant exactement l'inverse de ce que vous attendez que nous défendions", a-t-il déclaré sans pour autant annoncer sa candidature, ce qu'il pourrait donc faire dimanche lors de son ascension annuelle du Mont Mézenc (Haute-Loire).

Trois candidats déclarés

Pour l'heure, en vue du congrès virtuel qui amènera les quelque 250.000 militants LR à choisir le président du parti, seuls trois candidats se sont déclarés : le vice-président du mouvement Daniel Fasquelle, l'ancienne porte-parole de François Fillon Florence Portelli et Laurence Saillet, proche du président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, qui a à plusieurs reprises critiqué la ligne droitière de Laurent Wauquiez.

Un "collectif" d'élus venant d'une "droite ouverte" se décidera la semaine prochaine sur la possibilité de présenter un candidat, de même que le groupe parlementaire des "constructifs", dont le président Thierry Solère a annoncé qu'il ne pourrait pas rester membre de LR si Laurent Wauquiez prend les rênes du parti.