Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les Républicains sont-ils en voie de disparition dans le Nord-Pas-de-Calais ?

-
Par , France Bleu Nord

La droite française a touché le fond, dimanche, aux élections européennes. Elle a réalisé son pire score : 8,5% des voix. Dans la région, même ses fiefs de la métropole lilloise ou de la côte lui tournent le dos. La droite va-t-elle disparaître ?

Des panneaux électoraux, devant un bureau de vote, à Lille
Des panneaux électoraux, devant un bureau de vote, à Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

Ce sont des chiffres qui donnent des sueurs froides aux responsables de LR depuis dimanche soir. Dans ses bastions, le parti de droite a divisé par deux ou trois son score de la dernière élection européenne (2014) ou du premier tour de la Présidentielle 2017 : 21% au Touquet (contre 43% en 2014), 14% à Marcq-en-Baroeul (contre 33% en 2014), 10% à Lambersart (contre 25% en 2014), 15% à Mouvaux (contre 42% à la Présidentielle 2017). Martine a voté Sarkozy en 2007 et 2012. Cette habitante de Mouveaux s'est tournée vers Emmanuel Macron et son parti La République en Marche depuis 2017 :

On évolue. Macron, j'aime beaucoup parce qu'il est jeune, il faut lui donner sa chance.

Electeurs et élus de droite parlent de la situation de LR

Le maire de La Madeleine a quitté LR en 2017. Sébastien Leprêtre estime que "la droite est au tapis" parce qu'elle manque d'idées notamment en matière d'environnement : 

Le développement durable, la transition écologique, énergétique est au coeur des préoccupations de nos concitoyens. cette urgence n'a pas été anticipée par la droite.

Sébastien Leprêtre, conseiller régional Les Républicains - Radio France
Sébastien Leprêtre, conseiller régional Les Républicains © Radio France - Stéphane Barbereau

Au Croisé Laroche, un quartier chic de Marcq-en-Baroeul, dans la métropole lilloise, cet électeur traditionnel de la droite assume son vote utile pour la liste en Marche : 

Il fallait tout faire pour répondre à la demande du Président Macron : battre Marine !

Ce témoignage est la preuve qu'une partie de l'électorat de droite s'est laissé séduire par la stratégie qu'aurait volontairement mis en place le chef de l'Etat en tentant de résumer la campagne à un duel entre lui et l'extrême-droite. Le score catastrophique de LR, c'est donc la faute à Emmanuel Macron selon Daniel Fasquelle, le président du parti les Républicains dans le Pas-de-Calais :

Il est intervenu pour bipolariser et essayer de mobiliser l'électorat de droite et ça a fonctionné parfaitement.

Un problème de ligne politique ?

Le patron du parti Les Républicains dans le Nord, Sébastien Huyghe, reconnaît que les thèmes de campagne n'ont pas séduit les électeurs : 

On s'est crashé parce que les Français ne savent plus ce que représentent Les Républicains.

Les Républicains doivent revoir leur ligne politique pour S. Huyghe

"On a parlé de fermer les frontières au niveau de l'Europe parce qu'il y a le défi migratoire mais on s'est peut-être un peu trop focalisé sur ces notions là au détriment d'autres". Le député du Nord propose de régler avant tout le mode de désignation du futur candidat du parti pour la Présidentielle 2022 afin de mettre de côté les batailles d'eg et se concentrer sur la construction d'un nouveau projet.

Des idées trop proche de l'extrême-droite ?

Jean-René Lecerf a quitté l'UMP fin 2015. Le président divers droite du conseil départemental du Nord estime que c'est la ligne politique du parti voulue par Laurent Wauquiez qui est l'unique cause de ce désastre : 

Les Républicains sont devenus une succursale de l'extrême-droite

Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord - Maxppp
Jean-René Lecerf, président du conseil départemental du Nord © Maxppp - Baziz Chibane

"J'ai beaucoup de mal à voir la différence entre le programme de Marine Le Pen et de Laurent Wauquiez", ajoute l'élu nordiste qui en veut pour preuve deux nouveaux eurodéputés du RN venus de LR (Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud). Jean-René Lecerf qui lance alors cet appel à ses amis restés chez LR mais à la fibre plus centriste ou humaniste : 

Je dis à Marc-Philippe Daubresse : mais qu'est-ce que tu fous là ? Casse toi !

Le jugement sans concession de Jean-René Lecerf sur LR

Appel à Xavier Bertrand

L'ancien maire de Lambersart, aujourd'hui sénateur du Nord appelle au rassemblement : 

Je ne suis pas dans des formules choc, je suis pour la douceur et une certaine symbiose. 

Marc-Philippe Daubresse, sénateur LR du Nord, ancien maire de Lambersart - Maxppp
Marc-Philippe Daubresse, sénateur LR du Nord, ancien maire de Lambersart © Maxppp - Maxppp

Marc-Philippe Daubresse souhaite donc que toutes les familles de la droite se retrouve : Il faut mettre autour de la table Larcher (président du Sénat), Bertrand (président de la Région Hauts-de-France), Bruno Retailleau (président du groupe LR au Sénat) et Pécresse (présidente de la région Île-de-France).

Xavier Bertrand a quitté Les Républicains après l'arrivée à la tête du parti de Laurent Wauquiez. Les ténors de droite voient en lui un recours. Il garde le silence, pour l'instant, malgré les nombreuses sollicitations des médias dont France Bleu Nord.

Choix de la station

France Bleu