Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Républicains de Haute-Garonne soutiennent Laurence Arribagé et évoquent une manœuvre

-
Par , France Bleu Occitanie

Les Républicains de Haute-Garonne font bloc derrière leur présidente Laurence Arribagé, visée par une enquête après les élections législatives de 2017. Elle est soupçonnée d'avoir fomenté un pacte pour nuire à son adversaire.

Laurence Arribagé est soupçonnée d'avoir cherché à nuire à son opposante aux élections législatives de 2017
Laurence Arribagé est soupçonnée d'avoir cherché à nuire à son opposante aux élections législatives de 2017 © Maxppp - Nicolas Kovarik

Ils apportent leur "soutien sans faille" à leur présidente : les membres du parti Les Républicains en Haute-Garonne affichent dans un communiqué leur confiance en leur présidente, Laurence Arribagé, mise en cause dans une affaire politico-judiciaire. Celle qui est aussi adjointe au maire de Toulouse est en effet visée par une enquête, soupçonnée d'avoir fomenté un pacte avec un ancien procureur adjoint et un ex membre du Fisc pour nuire à son adversaire lors deslégislatives de 2017 en Haute-Garonne.

Les Républicains de Haute-Garonne s’interrogent par ailleurs sur le timing de l'ouverture de cette enquête contre leur présidente. Ils laissent entendre à leur tour qu'il pourrait s'agir d'une sorte de "complot" pour nuire à Laurence Arribagé : "Nous ne pouvons que nous interroger sur le fait que cette affaire resurgisse opportunément près de quatre ans après, et à moins de 18 mois des prochaines élections législatives" écrivent-ils dans un communiqué.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess