Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les Sables-d'Olonne : le préfet n'organisera pas de nouvelle élection après la démission de 34 élus

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le préfet de Vendée a annoncé ce vendredi qu'il n'appellera pas à des élections anticipées pour renouveler le conseil municipal des Sables d'Olonne. 34 élus sur 99 avaient démissionné afin de provoquer de nouvelles élections. Ils n'excluent pas de contester la décision du préfet en justice.

Vue aérienne des Sables d'Olonne (Vendée), en septembre 2016
Vue aérienne des Sables d'Olonne (Vendée), en septembre 2016 © Radio France - Franck Dubray

Les Sables-d'Olonne, France

Il n'y aura pas d'élection municipale anticipée aux Sables d'Olonne. Le préfet de Vendée, Benoît Brocart a tranché ce vendredi 25 janvier, au nom de la "nécessaire continuité de l'administration de la commune". 34 élus sur 99 ont démissionné du conseil municipal lundi dernier, ils contestent l'élection de Yannick Moreau comme maire de la commune nouvelle, issue de la fusion avec le Château d'Olonne et Olonne-sur-Mer début janvier. 

Nous sommes face à une situation inédite au plan national - Benoît Brocart

Les opposants pensaient que cette vague de démission, qui concerne plus d'un tiers des élus du conseil, obligerait l'Etat à organiser de nouvelles élections. Mais si près des prochaines élections municipales en 2020, le préfet en a décidé autrement. Il va appeler "les suivants de liste", c'est-à-dire les candidats de 2014 qui n'avaient pas été élus, à compléter le conseil municipal

Les opposants "regrettent" la décision de l'Etat

Ces "suivants de liste" devront siéger impérativement lors du prochain conseil, qui aura lieu le 4 février. "Je regrette évidemment la décision du préfet. J'attends de savoir sur quoi il s'appuie légalement pour motiver sa décision, avant de voir comment y répondre", réagit Joël Mercier, ancien maire du Château d'Olonne qui fait partie des opposants. 

Le fait que 34 élus démissionnent devait inciter le préfet à organiser de nouvelles élections. C'est ce qui s'est passé dans d'autre communes de Vendée. Pourquoi alors ici une situation d'exception ? - Joël Mercier

Les opposants attendent de recevoir les arguments écrits qui motivent la décision du préfet. Ils n'excluent pas de porter l'affaire devant le tribunal administratif

Du côté de la mairie de la commune nouvelle, on répond que "dans les petites communes, il n'y a pas de réservoir quand des élus démissionnent, c'est pour cela qu'on organise de nouvelle élection. Aux Sables-d'Olonne au contraire, il y a beaucoup de gens qui n'avaient pas été élus qui sont prêts à siéger". En effet dans les communes de plus de 1000 habitants, on ne vote pas pour un candidat mais pour une liste dont certains membres entrent au conseil en fonction du pourcentage des voix obtenues. Dans les communes de moins de 1000 habitants, on vote pour des candidats qui se présentent seuls.