Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Lubrizol à Rouen : les solutions des députés pour éviter un nouvel accident industriel

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

Après 50 heures d'audition et plus d'une centaine de personnes interrogées, la mission d'information parlementaire a terminé son rapport sur l'incendie de l'usine Lubrizol, à Rouen. Les députés proposent plusieurs pistes pour éviter ou mieux réagir face à ce type d'accident industriel.

Le 26 septembre dernier, plus de 9.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé dans l'incendie de l'usine Lubrizol.
Le 26 septembre dernier, plus de 9.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé dans l'incendie de l'usine Lubrizol. © Radio France - Bénédicte Courret

On s'en est aperçu à l'occasion de l'incendie à l'usine Lubrizol, les Français n'ont pas tous conscience de vivre sur un territoire industriel. Jusqu'au 26 septembre dernier, une partie de la population rouennaise ignorait qu'elle habitait à proximité de 13 entreprises Seveso. Damien Adam, député de Seine Maritime et rapporteur de la mission parlementaire, fait donc la proposition suivante : "Il faut qu'on renforce la culture du risque et pour moi ça passe par le fait qu'une fois par an on fasse des exercices de grande ampleur, soit de confinement de population soit d'évacuation de territoire comme la métropole de Rouen". Comme cela existe par exemple au Japon. 

Normandie Logistique aurait dû être régulièrement contrôlée

Le rapport parlementaire suggère aussi de créer une police au sein des DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) afin de pouvoir contrôler tous les sites ICPE (Installation classée pour la protection de l'environnement). Seuls ceux qui ont le statut Seveso font l'objet de contrôles systématiques. 

Ce n'était pas le cas de Normandie Logistique, l'entreprise voisine de Lubrizol, où 4.250 tonnes de produits ont brûlé dans l'incendie. "Normandie Logistique considérait qu'elle était dans une catégorie sans besoin d'être contrôlée, alors qu'elle devait être dans la catégorie ICPE avec autorisation, et à ce titre contrôlée tous les sept ans par la DREAL", explique Damien Adam. Avec une police contrôlant régulièrement les sites industriels, Normandie Logistique n'aurait pas pu stocker autant de produits dangereux. 

Dans son rapport, Damien Adam veut aussi obliger les entreprises à mettre à disposition des DREAL les documents des assureurs pour que les services de l’État puisse les consulter quand ils font leurs contrôles. 

Une école internationale pour relancer l'attractivité de la métropole

Les députés prônent aussi une meilleure alerte à la population en cas d'accident industriel. C'est l'un des gros reproches qui a été fait aux autorités lors de l'incendie à Lubrizol. Parmi les préconisations faites : l'envoi de SMS sur les téléphones portables bornant dans le secteur, sachant qu'il s'agit déjà une directive européenne à mettre en œuvre d'ici 2022. 

Les députés proposent aussi de diffuser un bandeau d'alerte sur les chaînes de télévision. Et de réagir plus vite aux fake news qui circulent sur les réseaux sociaux pour éviter que ne se répandent de fausses informations comme les photos d'oiseaux morts ou d'eau marron coulant du robinet, dans les heures qui ont suivi l'incendie. 

Le rapport fait également des propositions pour relancer l'attractivité de Rouen et sa métropole. Parmi elles, la création d'une école internationale, allant de la maternelle au lycée, pour inciter les étrangers à s'installer dans la métropole rouennaise. Le groupe pharmaceutique Aspen par exemple, à Notre-Dame-de-Bondeville, peine à recruter des chercheurs. 

Autre piste évoquée: l'implantation d'une usine de batteries pour voitures électriques dans la métropole rouennaise. Elle aurait en outre l'avantage d'offrir une image industrielle nettement plus verte du territoire.

Réécoutez Damien Adam, député de Seine Maritime et rapporteur de la mission d'information parlementaire sur l'incendie de Lubrizol.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu