Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les soutiens politiques se multiplient après l'incendie des voitures de la députée LREM Jacqueline Dubois et de son mari

-
Par , France Bleu Périgord

Les réactions des politiques s'enchaînent ce dimanche, après l'incendie des voitures de la députée LREM du Sarladais, Jacqueline Dubois, et de son mari. Qu'il soit élus locaux ou nationaux, et quelque soit leur mouvance politique, ils apportent leur soutien à la députée de Dordogne.

La députée LREM du Sarladais Jacqueline Dubois
La députée LREM du Sarladais Jacqueline Dubois © Maxppp - Vincent Isore - IP3 PRESS/MAXPPP

C'est Jacqueline Dubois elle-même qui a vu les flammes devant son domicile de Vézac, samedi vers 23 heures. Sa voiture ainsi que celle de son mari ont été incendiées. La députée de La République En Marche (LREM) a déclaré que malgré ces menaces, elle assurerait sa fonction le temps de son mandat. Le nouveau préfet de Dordogne, Frédéric Périssat, a décidé de sécuriser les domiciles et permanences des parlementaires La République en Marche du département

Dès minuit, elle a pu compter sur le soutien du président socialiste du Conseil départemental, Germinal Peiro : "J'ai tenu à lui dire qu'au-delà de nos différences politiques, je lui assure mon soutien plein et entier." Germinal Peiro dénonce de graves intimidation, et s'inquiète : "à quand va-t-on s'en prendre aux personnes des élus ?"

Germinal Peiro, président du département, réagit

Jacqueline Dubois a rapidement reçu un SMS du président de la République, Emmanuel Macron en preuve de soutien. Dans un communiqué, La République En Marche Dordogne dénonce un acte "inacceptable". "Aucun désaccord politique ne peut justifier de s'en prendre aux personnes et aux biens" précise le communiqué. "La République en Marche et tous les marcheurs de Dordogne apportent leur soutien et leur amitié à Jacqueline Dubois et à sa famille." 

Des messages de soutien sur les réseaux sociaux

Dans la matinées, les manifestations de soutien à la députée du Sarladais se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Des réactions d'élus locaux mais aussi nationaux, et quelque soit leur parti politique. 

Le président du groupe La République En Marche à l'Assemblée Nationale, Gilles Le Gendre, a rapidement tweeté dans la nuit un message pour condamner cette agression. Plusieurs secrétaires d'État, comme Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées et Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action et des Comptes Publics ont fait part de leur soutien à la députée périgourdine. 

Le sénateur LREM de Dordogne Bernard Cazeau a lui aussi réagi pour condamner l'incendie des deux voitures et apporter son soutien à Jacqueline Dubois. 

La réaction du sénateur LREM de la Dordogne, Bernard Cazeau

Plus tard dans la journée, c'est Emeric Lavitola, le premier secrétaire départemental du Parti Socialiste de Dordogne qui s'est exprimé sur Twitter : "S'en prendre à une élue, c'est s'attaquer à la République. Les désaccords politiques ne peuvent pas se manifester par de la violence ou des intimidations."

Dans un communiqué, le comité départemental de La France insoumise apporte son soutien à Jacqueline Dubois. "Aucun combat politique ne peut justifier de telles actions", écrivent ses représentants, dénonçant également "les exactions commises par les casseurs ainsi que la répression exercée à l'égard des gilets jaunes et de l'ensemble des manifestants, dans le contexte du mouvement social actuel"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu