Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Des moments de tension durant la mobilisation des gilets jaunes dans le centre-ville de Toulouse

samedi 24 novembre 2018 à 19:11 Par Raphaël Cann, France Bleu Occitanie

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont improvisé des marches dans le centre-ville de Toulouse ce samedi. Ils sont partis à 9h de la place Wilson avant d'arpenter les rues. En fin de journée, la situation s'est tendue avec les forces de l'ordre.

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont manifesté pour la première fois dans le centre-ville de Toulouse
Plusieurs centaines de gilets jaunes ont manifesté pour la première fois dans le centre-ville de Toulouse © Radio France - Raphaël Cann

Toulouse, France

Pendant toute la journée, ce samedi, plusieurs centaines de gilets jaunes ont manifesté dans le centre-ville de Toulouse pour la première fois. Des marches se sont déroulés dans le calme jusqu'en milieu d'après-midi. La situation s'est ensuite tendue avec les forces de l'ordre notamment près de la gare Matabiau. La préfecture de Haute-Garonne affirme en fin d'après-midi qu'il n'y a eu aucun blessé ni interpellation durant ces manifestations.

Des lacrymogènes à la gare et rue Alsace-Lorraine

Dans les environs de 16h30, un groupe de plusieurs dizaines de gilets jaunes cherchent à entrer dans la gare Matabiau. L'accès est pourtant interdit aux manifestants par les forces de l'ordre depuis le début de la journée. Les gilets jaunes se frayent alors un chemin en forçant les barrières du chantier devant la gare.

Les forces de l'ordre ripostent avec des grenades lacrymogènes pour éloigner les gilets jaunes. Les CRS se sont ensuite mis en formation pour les rediriger vers le centre-ville. Les gilets jaunes ont obtempéré dans le calme. 

Julien, un étudiant toulousain, assume cette action: "Depuis tout à l'heure, on marche dans les rues. On n'a pas vraiment d'impact sur l'économie. Si on avait pu bloquer la gare, ça aurait été plus visible."

Un demi-heure plus tôt, les CRS sont aussi intervenus rue Alsace-Lorraine. Ils ont utilisé des lacrymogènes après que des gilets jaunes aient pris à partie des journalistes.

Des marches improvisées dans le calme

Pendant la majeure partie de la journée, les gilets jaunes ont arpenté les rues de Toulouse dans le calme durant des marches improvisées. Ils sont partis à 9h de la place Wilson et sont notamment passés par le boulevard Carnot, la rue Alsace-Lorraine, le Capitole ou encore l'espace Saint-Georges.

Les directions étaient données au mégaphone par Nikola, un étudiant arrivé à Toulouse récemment. Comme la plupart des manifestants, lui même ne savait pas où il allait.  Il suivait les conseils d'autres gilets jaunes. "C'est spontané. En fonction de là où on est, les gens estiment si c'est plus stratégique de passer par telle rue. Comme je ne suis pas de Toulouse, je leur fais confiance", raconte-t-il.

Pour Jean-Pierre, retraité de 66 ans, le manque d'organisation du cortège est à l'image du mouvement des gilets jaunes: "C'est la meilleure des choses. Les dirigeants disent qu'on n'a pas d'organisateur. Oui, c'est comme ça et c'est tant mieux." assène-t-il.

Ces marches improvisées ont été un casse-tête pour les forces de l'ordre qui essayaient d'anticiper le trajet du cortège pour dévier la circulation.