Politique

Les Ukrainiens de Bordeaux montrent leur mécontentement et leur peur

Par Mila Ta Ninga, France Bleu Gironde lundi 3 mars 2014 à 6:00

Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau
Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau © Radio France - Mila Ta ninga

Le drapeau Ukrainiens à flotté dans le ciel bordelais ce dimanche. Une trentaine d'Ukrainiens de Bordeaux se sont rassemblés au miroir d'eau à Bordeaux pour manifester leurs mécontentements face à la situation dans leur pays. Depuis le départ forcé du président Viktor Ianoukovitch et la mise en place d'un gouvernement provisoire, la Russie a envoyé des militaires en Crimée.

Les drapeaux jaune et bleu ont flotté sur le miroir d'eau pendant près d'une heure. Conjoints, enfants, amis : Certains ne se connaissaient pas, mais ont tenu à venir dire au président russe "Poutine dégage" avant de réclamer une "Ukraine unie".

Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau - Radio France
Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau © Radio France - Mila Ta ninga

"On a cru qu'après ce qui c'était passé à Maïdan et l'éviction de Ianoukovitch, on allait pouvoir un petit peu respirer et être serein pour bâtir une nouvelle Ukraine. Et on se rend compte que malheureusement que rien n'est encore possible parce que Poutine vient encore mettre son nez. Il manipule tout le monde depuis le départ. Ianoukovitch était une marionnette et maintenant c'est lui qui prend les rênes directement."

"On ne veut pas de guerre"

Oléna Laurent a de la famille partout en Ukraine, même en Crimée. Pour cette mère de famille installée depuis dix ans à Bordeaux, la situation dans son pays est intolérable.

Ukraine " Aujourd'hui c'est l'Ukraine, demain ce sera qui ? " Olena Laurent, une Ukrainienne qui hgabite Bordeaux depsuis 10 ans

"Je regarde la situation de mon pays depuis trois mois sur tous les réseaux sociaux. Ils nous renseignent en temps réel. On ne sent pas le manque d'information. On est aussi bien renseigné qu'en Ukraine. Ça nous permet d'être plus proche."

Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau - Radio France
Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau © Radio France - Mila Ta ninga
Aide internationale

Les Occidentaux font monter la pression contre Moscou, après le feu vert obtenu samedi par Vladimir Poutine pour une intervention armée russe en Ukraine, où l'état d'alerte a été décrété face aux menaces qui pèsent sur la Crimée et l'est du pays. Le secrétaire d'État Américain, John Kerry, a d'ailleurs été ferme : la Russie risque sa place à la table des grandes puissances, au sein du G8, si elle poursuit son "invasion" de la Crimée, dans le sud de l'Ukraine. La France et le Royaume-Unis ont annoncé qu'ils suspendraient leur participation aux réunions préparatoires du G8 à Sotchi.

*** Kiev a d'ors et déjà décidé de mobiliser ses réservistes afin d'assurer la sécurité et l'intégrité de l'ensemble de son territoire. Pour la première fois le premier ministre Ukrainien de transition a utilisé le mot "guerre".*

De son côté, la Russie a lancé une guerre médiatique pour soutenir son action en Ukraine , les médias publics russes et les autorités appelant à l'unité nationale contre "les fascistes qui ont pris le pouvoir à Kiev", sur fond de nostalgie de l'URSS.

Pour les familles Ukrainiennes, cette désinformation n'est pas entendable.

Ukraine : " Le boycot est une moindre pression. Il faut aller plus loin. "

"Il faut sortir de notre bulle, c'est quelque chose de grave qui est train de se dérouler."

Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau - Radio France
Manifestation d'Ukrainiens de Bordeaux au miroir d'eau © Radio France - Mila Ta ninga

Ukraine " Les yeux se concentrent sur le Crimée. Va-t-il y avoir une contagion du conflit ? "