Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Les Vénézuéliens de l'Yonne inquiets pour leurs familles restées au pays

mercredi 30 janvier 2019 à 19:13 Par Damien Robine, France Bleu Auxerre

La situation est toujours aussi tendue au Venezuela. Une crise économique et politique. L'armée soutient le président Maduro et les manifestations contre le régime ont fait plus de 40 morts la semaine dernière. Dans l'Yonne, les expatriés s'inquiètent pour leurs familles.

© Maxppp -

Yonne, France

Judith est arrivée en France il y a 30 ans en provenance d'Amérique du Sud. Elle est céramiste en Puisaye. Elle appelle régulièrement ses quatre frères et sœurs qui vivent au Venezuela. Là bas, la pénurie de médicaments est telle qu'il est presque impossible de se soigner.

"Mon frère est auxiliaire pharmacien, il n'y a pas de médicaments. Et dans les hôpitaux, il n'y a rien. Heureusement que mes frères et mes sœurs sont en bonne santé. Ils n'ont pas besoin d'aller à l’hôpital, sinon, ce serait la mort assurée."

Manque de médicaments et de nourriture

Manque de soins, de médicaments, et manque de nourriture. Christian est professeur d'Espagnol à Auxerre. Il a obtenu la nationalité française en 2015. Tous les jours il est en contact avec sa famille ou des amis. Au Venezuela, manger est devenu un luxe.

"Par exemple, un salaire minimum, c'est 18.000 bolivars. C'est entre 5 et 6 dollars par mois. Un poulet ça peut coûter jusqu'à 30.000 bolivars." 

"Les gens choisissent parfois de voler pour survivre"

Une situation qui génère une insécurité grandissante. "Il y a beaucoup de délinquance. Les gens, parfois, choisissent de voler pour manger ou pour trouver le moyen de survivre."

Judith et Christian envoient de l'argent pour aider leurs proches. Mais le pays perd de plus en plus d'habitants. En quatre ans, près de deux millions et demi de Vénézuéliens ont quitté leur pays. Le Venezuela comptait en 2015 un peu plus de 30 millions d'habitants.

Le reportage de Damien Robine

Hier soir, l'opposition vénézuélienne est descendue à nouveau dans la rue pour réclamer le départ du président Maduro.