Politique

Les voeux d'Alain Juppé à Bordeaux, entre préoccupations locales... et nationales

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde vendredi 8 janvier 2016 à 16:52

Alain Juppé, pendant ses voeux à la presse
Alain Juppé, pendant ses voeux à la presse © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le maire de Bordeaux, de retour dans sa ville ce vendredi, s'est prêté à l'exercice des voeux devant les journalistes. Il a détaillé les grands rendez-vous pour 2016 pour la ville, mais il a été très vite rattrapé par les questions sur l'actualité nationale et sa candidature aux primaires.

Alain Juppé a présenté ce vendredi midi ses voeux à la presse à l'hôtel de ville de Bordeaux. L'ancien Premier ministre était de retour dans sa ville, après une offensive médiatique très remarquée toute la semaine à Paris, entre interviews, plateaux télé et sortie de son livre sur la sécurité.

Comme à son habitude, Alain Juppé a surfé entre questions sur la ville, la Métropole et sa candidature aux primaires des Républicains. Il a détaillé les principales dates du calendrier pour Bordeaux, comme au mois de juin, l'inauguration de la cité du Vin ou les cinq matchs de l'Euro 2016 de football, et la fan zone de 12.000 places qui sera installée aux Quinconces. Il s'est aussi félicité du classement des 52 meilleures destinations pour un voyage en 2016 à travers le monde publié sur son site Internet par le New-York Times. Bordeaux figure en 2e position, pour ses vins et sa gastronomie .

Le maire de Bordeaux aurait préféré s'en tenir aux dossiers locaux, mais il est très vite rattrapé d'abord par l'actualité. Interrogé sur Christiane Taubira, qui a réaffirmé son hostilité à la réforme de la déchéance de nationale, il a eu ce commentaire :

Je suis plutôt du côté de Jean-Pierre Chevènement. Vous vous souvenez de sa phrase : "un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne."

— Alain Juppé

"Là, je me sens plutôt proche de Jean-Pierre Chevènement" Alain Juppé

Alain Juppé a aussi beaucoup été interrogé sur la campagne des primaires à droite et au centre : "En 2017, il faudra non pas un vote de rejet, mais un vote d'adhésion". Cette campagne va l'obliger à parcourir la France et à s'éloigner plus souvent de Bordeaux. Mais il a promis de ne pas délaisser la ville et la Métropole, et de s'en servir comme modèle.

"Par le passé, j'ai été à la fois Premier ministre et maire de Bordeaux. Ce n'est pas ce que j'ai fait de mieux, mais c'est l'époque où tous les grands projets bordelais ont été lancés. Donc on peut y arriver.

"Je prends appui sur Bordeaux pour ma campagne" Alain Juppé

Alain Juppé a aussi terminé ses voeux par cette petite phrase qui pour le coup , n'a rien de local et n'est pas passée inaperçue.. "J'ai confiance en mon pays , construisons ensemble le printemps. Le printemps 2016... ou 2017."

Partager sur :