Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Les Voivres : Emmanuel Macron attendu dans un village qui a préféré Marine Le Pen à la présidentielle

mardi 17 avril 2018 à 22:25 Par Cédric Lieto, France Bleu Sud Lorraine

Emmanuel Macron se rend ce mercredi sur la commune vosgienne des Voivres pour échanger sur la filière bois notamment. Un village qui avait placé Marine Le Pen en tête aux deux tours de la présidentielle 2017, largement devant Emmanuel Macron.

Les Voivres, un village qui avait placé Marine Le Pen en tête aux deux tours de la présidentielle
Les Voivres, un village qui avait placé Marine Le Pen en tête aux deux tours de la présidentielle © Radio France - Cédric Lieto

Les Voivres, France

Les Voivres, commune de 300 habitants, se prépare à recevoir Emmanuel Macron ce mercredi dans le cadre d'un échange sur la filière bois, qui représente un quart de l'activité industrielle des Vosges. Une commune pas comme les autres, avec plusieurs PME et un centre d'hébergement, qui avait mis en tête aux deux tours de la présidentielle Marine Le Pen. La candidate du Front national devançait Emmanuel Macron de 20 points au premier tour. 

Dominique bricole dans son jardin. Il a voté Marine Le Pen aux deux tours. Ce retraité était même adhérent au Front national l'an passé. D'Emmanuel Macron, il n'attend rien. La hausse de la CSG est passée par là :

J'ai travaillé toute ma vie, dès l'âge de 14 ans. Et on me pique 40 euros par mois. Moi, j'ai payé des impôts, toutes mes cotisations. Et maintenant, on m'en met 40 de plus."

Dominique, nostalgique d'une époque où le village possédait une épicerie, un bureau de tabac. Il reste un restaurant, un chantier d'insertion, des entreprises se sont aussi installées, mais pas de commerces de proximité.

Eloignement des services publics

De sa fenêtre, Jean-Louis regarde les employés communaux tondre les pelouses avant la venue du président. Jean-Louis, qui se sent relégué, isolé dans son village : 

La Poste, supprimée. Les perceptions qu'ils suppriment. Déjà, les pièces d'identité, faut aller à Epinal maintenant. 28 kilomètres pour aller faire une pièce d'identité, aller la rechercher, ce n'est pas du boulot non plus."

Jean-Louis reconnaît l'énergie déployée par le maire Michel Fournier pour dynamiser la commune, mais à quel prix selon lui. Jean-Louis qui voudrait demander à Emmanuel Macron d'arrêter ce genre de déplacements en régions. Cela coûte trop cher, pour le retraité.