Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Lettre d'Emmanuel Macron aux Français : le maire de Thionville approuve "l'adresse formelle aux citoyens"

lundi 14 janvier 2019 à 10:43 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Invité de France Bleu Lorraine à l'occasion de ses vœux pour 2019, le maire LR de Thionville Pierre Cuny évoque le grand débat national, la crise des gilets jaunes, les dossiers à venir ou encore sa réflexion pour les municipales de 2020.

Pierre Cuny décidera en septembre prochain s'il sera candidat à sa propre succession.
Pierre Cuny décidera en septembre prochain s'il sera candidat à sa propre succession. © Maxppp - Pierre Heckler

Thionville, France

Le maire de Thionville, Pierre Cuny, se livre ce lundi soir à la tradition des vœux pour l'année 2019. Invité à cette occasion sur France Bleu Lorraine, il livre son avis sur le mouvement des gilets jaunes et la réponse apportée par le gouvernement, mais aussi sur des sujets locaux d'importance, comme la mobilité des frontaliers ou son avenir à la mairie.

Les gilets jaunes et le grand débat national

Pour le maire de Thionville, Emmanuel Macron "a fait ce qu'il fallait" en envoyant son courrier aux Français ce dimanche. "Il fallait qu'Emmanuel Macron s'adresse de façon tout à fait formelle aux citoyens. Les thèmes qui sont développés sont effectivement effectivement incontournables. Maintenant est-ce que ceci répondra à la demande multiforme et plurielle des gilets jaunes, seul l'avenir nous le dira."

Les maires seront mis à contribution pour l'organisation de ce débat, malgré le refus de leur association d'animer la concertation. A Thionville, le maire l'affirme, il mettra à disposition une salle. "Emmanuel Macron se rend compte qu'il y a des maires. Pendant au moins un ans monsieur Macron a quand même méprisé quelque peu les maires de France. Le maire est le premier relais, c'est celui vers lequel se tournent tous nos concitoyens." Pour Pierre Cuny, c'est logique que les premiers édiles prennent cette place dans cette grande réflexion qui s'ouvre. "Il faut avancer !"

Les frontaliers et l'A31 bis

La concertation sur l'A31bis doit s'achever le 25 février prochain, à Thionville. Pierre Cuny le redit, il est urgent que ce dossier avance. "Ça fait des années et des années que ça dure, mais je pense que nous sommes dans la dernière ligne droite." Mais pour le maire de Thionville, il n'y a pas que l'autoroute qui peut régler les problèmes de la mobilité frontalière. "Il faut penser au télétravail, sur ce point nos amis belges sont en train de négocier 46 jours de télétravail alors que nous-même avons du mal à nous entendre autour de 29 jours."

Autre dossier évidemment, le ferroviaire, avec le chantier d'un plus grand parking en gare de Thionville. "Le chemin de fer rattrape tout doucement son retard. A horizon 2022, le cadencement va permettre de doubler le nombre de passagers transportés. Mais ce ne seront que 25.000 personnes, sur les 160.000 frontaliers français qu'on annonce à l'horizon 2035."

Les élections municipales de 2020

Pierre Cuny ne cache pas que l'idée le titille d'être candidat à sa propre succession, l'an prochain. "C'est en réflexion avancée, répond le maire de Thionville. Ma décision finale sera prise en septembre. Si toutes les conditions personnelles sont réunies et si l'environnement politiques est favorable, je me présenterai."