Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limeil-Brévannes : le projet de construction de prison est abandonné

-
Par , France Bleu Paris

Le projet de construction d'une prison à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), a été abandonné. Cette construction avait été envisagée par le gouvernement mais, sur le terrain, le projet était fortement contesté.

Le projet de prison abandonné à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) (image d'illustration)
Le projet de prison abandonné à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) (image d'illustration) © Radio France - Charlotte Piret

"Victoire ! Le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, vient de me confirmer que le projet de prison de Limeil-Brévannes n'aura pas lieu", s'est félicité jeudi soir le député LREM du Val-de-Marne Laurent Saint-Martin. 

C'est "l'accomplissement de plus de deux ans de mobilisation aux côtés de la maire Françoise Lecoufle, des élus locaux et des Brévannais", a précisé le député.

Le gouvernement avait envisagé de construire une nouvelle prison sur ce territoire du Val-de-Marne. Sur le terrain, les élus locaux n'étaient pas d'accord. Ils ont donc obtenu gain de cause.

La mobilisation contre le projet était très forte

L'annonce de ce projet en mars 2018 avait provoqué une vive réaction. Plus d'un millier de personnes étaient descendues dans les rues de la ville pour montrer leur désaccord. 

Plus de 150 parlementaires et élus locaux se sont mobilisés et une pétition avait recueilli plus de 8.600 signatures. 

Selon ses opposants, il mettait en péril un projet de téléphérique attendu de longue date ainsi qu'une zone d'activité économique. 

Le garde des Sceaux "sensible" aux arguments des élus

Dans une lettre publiée jeudi soir par le député, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti explique avoir "été sensible" aux arguments avancés par les opposants au projet de cette prison, une structure d'accompagnement vers la sortie. 

"Le site initialement envisagé ne présente malheureusement pas toutes les conditions requises pour accueillir une telle structure", note le ministre de la Justice. 

"Je suis comme vous particulièrement sensible à ce que l'implantation d'une SAS soit compatible avec le tissu urbain et économique local. Dans ces conditions, je vous confirme que le site de Limeil-Brévannes ne sera pas retenu", conclut le ministre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess