Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Loi anti-casseurs : une centaine de personnes manifestent à Châteauroux

samedi 13 avril 2019 à 11:50 Par Jérôme Collin, France Bleu Berry

Plusieurs rassemblements ont lieu partout en France pour dénoncer la loi anti-casseurs, entrée en vigueur jeudi 11 avril. Les opposants parlent d'un texte liberticide. A Chateauroux, il y avait une centaine de personnes.

Des syndicats, des associations et des gilets jaunes étaient présents devant la préfecture de l'Indre
Des syndicats, des associations et des gilets jaunes étaient présents devant la préfecture de l'Indre © Radio France - Jérôme Collin

Châteauroux, France

Devant la préfecture de l'Indre, à Châteauroux, une centaine de personnes ont manifesté samedi matin. Elles marquent leur opposition à la loi anti-casseurs, promulguée jeudi 11 avril. Un texte présenté par le gouvernement comme une réponse aux violences répétées depuis la mi-novembre, en marge du mouvement des gilets jaunes. Les images des affrontements notamment sur les Champs-Elysées ont poussé le gouvernement à réagir.

Mais une cinquantaine d'associations dénoncent un texte portant atteinte aux libertés fondamentales. "C'est un texte liberticide", affirme Mark Bottemine, président de la Ligue des droits de l'homme dans l'Indre. Il a pris la parole devant une centaine de personnes : des représentants de syndicats, des collectifs et certains gilets jaunes. "C'est une loi qui permet d'écarter quelqu'un au motif qu'il pourrait potentiellement être un casseur. Le droit de manifester, dans une démocratie, est fondamental. _C'est extrêmement inquiétant. La présomption d'innocence est petit à petit remplacée par une présomption de culpabilité_", dénonce-t-il.