Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Loi asile et immigration: la députée de la Marne Aïna Kuric s'est abstenue lors du vote

mardi 24 avril 2018 à 10:48 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

La loi Asile et Immigration votée dimanche dernier à l'Assemblée est loin de faire l'unanimité au sein même de la majorité présidentielle. Dans la Marne, la députée La République en Marche, Aïna Kuric s'est abstenue lors de ce vote qui a recueilli 228 voix pour, 139 voix contre et 14 abstentions.

Camp de migrants sur le campus de l'Université de Reims
Camp de migrants sur le campus de l'Université de Reims © Radio France - Aurélie Jacquand

Marne, France

La députée La République En Marche de la Marne, Aïna Kuric fait partie des frondeuses lors du vote de la loi Asile et Immigration. Le texte de loi a été voté dimanche dernier à l'Assemblée Nationale. Il a recueilli 228 voix POUR, 139 voix CONTRE et 14 députés se sont abstenus.

Aïna Kuric fait partie de ces abstentionnistes. D'après elle, "il aurait été néccessaire de traiter du droit d'asile indépendamment de l'immigration". La députée ne cache pas sa déception sur l'architecture de ce texte de loi mais également sur "les lacunes persistantes" dit-elle sur les conditions d'accueil des migrants en France et les demandes d'asile.

Aïna Kuric explique pourquoi elle s'est abstenue lors du vote du texte de loi Asile et Immigration

D'après les chiffres du Préfet donnés en novembre 2017, il y a eu 732 demandes d'asile rien que dans la Marne soit 83% de plus qu'en 2016. 

L'avis des associations qui viennent en aide aux migrants dans la Marne

Hervé Augustin est le président de l'association St Vincent de Paul dans le département. Avec un collectif d'associations, il vient en aide quotidiennement aux quelques cinquante migrants qui vivent aujourd'hui à Reims. "La majorité des personnes sont celles que l'on a aidé après l'évacuation du camp de St John Perse, près de l'Université de Reims". Hervé Augustin, pense que "_le gouvernement a encore énormément de choses à faire_; on avait parlé de l'éventualité de faire travailler les immigrés dès leur arrivée en France puisque malheureusement, ils n'ont droit à rien entre leur arrivée au CADA, le Centre d'Accueil et d'aide aux Demandeurs d'Asile et la Préfecture. Légalement, ce délai est de 3 jours mais il faut bien comprendre qu'en réalité cela dure parfois bien plus de 30 jours! Ces gens n'ont aucune existence légale, ils sont totalement laissés à eux mêmes et s'il n'y avait pas les associations pour les prendre en charge, on pourrait avoir des scènes de violence puisqu'on en peut pas laisser des gens sans nourriture et sans logement alors qu'ils ont tout perdu pendant leur périple pour arriver jusqu'en France."

Rappel sur la loi 

  • Son nom exact : loi sur "une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie"
  • Cette loi double la possibilité de séjour en centre de rétention (passant de 45 jours à 90 jours)
  • Elle réduit à 6 mois les délais d'instruction pour la demande d'asile contre 9 mois actuellement. Cela veut dire que les personnes déboutées du droit d'asile sont reconduites plus rapidement à la frontière.
  • Cette loi transfère la "gestion" des mineurs étrangers isolés vers les Préfets plutôt qu'à l'aide sociale à l'Enfance qui dépend des départements.