Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loi sur la sécurité globale : Jean-Marc Ayrault demande le retrait de l'article 24

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Dans un court message publié vendredi sur son compte Twitter, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault a réclamé le retrait de l'article 24 de la proposition de loi de sécurité globale.

Jean-Marc Ayrault réclame la suppression de l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale
Jean-Marc Ayrault réclame la suppression de l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale © Maxppp - Vincent Isore

Jean-Marc Ayrault a publié un tweet vendredi après-midi dans lequel il réclame l'abandon de l'article tant controversé de la proposition de loi sur la sécurité globale : "Il faut supprimer l'article 24 purement et simplement" écrit l'ancien Premier ministre. Cette disposition punit la diffusion d'images qui porteraient atteinte à l'intégrité d'un policier ou d'un gendarme. Or, c'est grâce à des images vidéo que des policiers ont été identifiés et poursuivis après avoir passé à tabac un producteur de musique samedi à Paris. 

L'ancien maire de Nantes considère qu'il faut préserver la liberté d'expression et que "porter atteinte à la loi de 1881 serait une régression démocratique." 

Une affaire "très grave"

Jean-Marc Ayrault n'est pas favorable à la réécriture du texte d'autant que selon lui "une énième rédaction risque de buter contre les principes constitutionnels...La responsabilité collective, c'est de dire stop" conclut-il. Après avoir visionné les images de l'agression, l'ancien Premier ministre s'est dit "très choqué par la violence et les propos racistes" prononcés lors du passage à tabac, il considère que cette affaire est "très grave".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess