Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loi sur la sécurité globale : Jean-Marc Ayrault demande le retrait de l'article 24

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Dans un court message publié vendredi sur son compte Twitter, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault a réclamé le retrait de l'article 24 de la proposition de loi de sécurité globale.

Jean-Marc Ayrault réclame la suppression de l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale
Jean-Marc Ayrault réclame la suppression de l'article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale © Maxppp - Vincent Isore

Jean-Marc Ayrault a publié un tweet vendredi après-midi dans lequel il réclame l'abandon de l'article tant controversé de la proposition de loi sur la sécurité globale : "Il faut supprimer l'article 24 purement et simplement" écrit l'ancien Premier ministre. Cette disposition punit la diffusion d'images qui porteraient atteinte à l'intégrité d'un policier ou d'un gendarme. Or, c'est grâce à des images vidéo que des policiers ont été identifiés et poursuivis après avoir passé à tabac un producteur de musique samedi à Paris. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'ancien maire de Nantes considère qu'il faut préserver la liberté d'expression et que "porter atteinte à la loi de 1881 serait une régression démocratique." 

Une affaire "très grave"

Jean-Marc Ayrault n'est pas favorable à la réécriture du texte d'autant que selon lui "une énième rédaction risque de buter contre les principes constitutionnels...La responsabilité collective, c'est de dire stop" conclut-il. Après avoir visionné les images de l'agression, l'ancien Premier ministre s'est dit "très choqué par la violence et les propos racistes" prononcés lors du passage à tabac, il considère que cette affaire est "très grave".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess