Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - Loi Travail : les "frondeurs" échouent à déposer une motion de censure de gauche

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les députés de gauche opposés à la loi Travail et à l'utilisation du 49-3 par Manuel Valls n'ont pas réussi à réunir assez de signataires pour déposer une motion de censure, ce mercredi. Une tentative avortée, à deux voix près.

Andre Chassaigne et Marie-George Buffet invectivent Manuel Valls.
Andre Chassaigne et Marie-George Buffet invectivent Manuel Valls. © Maxppp -

Il leur fallait 58 signataires, ils n'ont réussi à en réunir que 56. Les députés de gauche opposés à la loi Travail ont échoué dans leur tentative de déposer une motion de censure contre le gouvernement, ce mercredi. Parmi eux, "plus de 30 socialistes", a affirmé le frondeur Laurent Baumel. Une majorité du groupe écologiste, soit une dizaine de député(e)s, était également prête à voter une motion de censure de gauche. Idem pour les dix élus Front de gauche.

Ces députés souhaitaient profiter de la fenêtre de tir offerte par l'utilisation du 49-3 pour marquer une nouvelle fois leur désaccord avec la ligne politique fixée par l'exécutif. Et plus particulièrement avec cette fameuse loi Travail qui n'a jamais fait consensus, y compris dans la version finale examinée à l'Assemblée nationale depuis mardi.

>> À LIRE AUSSI | Loi Travail : Manuel Valls recourt à l'article 49-3

Pas de report sur la motion de droite

Une motion de censure, déposée puis votée par une majorité de députés, entraîne la chute du gouvernement lorsque l'article 49-3 est utilisé. L'hypothèse d'une motion de gauche étant enterrée, les députés mécontents peuvent encore voter celle déposée par la droite (LR/UDI), qui n'a eu elle aucun mal à réunir les signatures requises. Un "casus belli" pour bon nombre de responsables socialistes et membres du gouvernement, qui ont averti : voter pour un texte déposé par la droite est une "ligne rouge" qui pourrait entraîner des représailles, à commencer par une exclusion du PS.

À l'exception des dix députés Front de gauche, la plupart des "frondeurs" ont cependant fait savoir dans l'après-midi qu'ils n'appuieraient la motion de l'opposition. "Quand je regarde les programmes de la droite, d'Alain Juppé ou de François Fillon, notamment en matière de droit du travail ou de réduction de la fonction publique, je n'ai (...) pas envie du tout de joindre ma voix aux LR et UDI", a notamment expliqué l'ancien ministre Benoît Hamon. Le texte de cette motion de gauche morte dans l’œuf sera tout de même rendu public, ainsi que les noms de ses signataires.

-

>> À LIRE AUSSI : En quoi consiste la procédure du 49-3 ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess