Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loire-Atlantique : des élus opposés à la ZAD du Carnet manifestent devant la préfecture

-
Par , France Bleu Loire Océan

Malgré l'annonce du préfet des Pays de la Loire, dans les colonnes de Ouest France, du démantèlement à venir de la ZAD du Carnet en Loire-Atlantique, une dizaine d'élus s'est rassemblée devant la préfecture, ce jeudi matin.

Huit élus se sont rassemblés, ce jeudi, devant la préfecture des Pays de la Loire pour réclamer un entretien avec le préfet concernant le dossier de la ZAD du Carnet, en Loire-Atlantique.
Huit élus se sont rassemblés, ce jeudi, devant la préfecture des Pays de la Loire pour réclamer un entretien avec le préfet concernant le dossier de la ZAD du Carnet, en Loire-Atlantique. © Radio France - Florian Cazzola

La sortie du préfet, ce jeudi matin dans les colonnes de Ouest France, ne les a pas contentés. Huit élus de Loire-Atlantique, dont les maires de Saint-Viaud, Frossay, Saint-Brévin, Corsay ou encore Paimboeuf, se sont donnés rendez-vous ce jeudi 25 février en fin de matinée devant la préfecture des Pays de la Loire. Signe de leur agacement, ils ont décidé de faire fi de l'interdiction de stationner devant les grilles du bâtiment en y garant leur camionnette pour avoir des réponses quant à l'évacuation de la ZAD du Carnet, terrain sur lequel le Grand port de Nantes Saint-Nazaire envisageait de créer un parc écotechnologique avant qu'il ne soit gelé. En vain. 

Le préfet n'a pas souhaité les recevoir ce jeudi. Il propose en revanche une réunion la semaine prochaine. "Le préfet n'était pas disponible pour les recevoir ce matin. Il a néanmoins proposé de les rencontrer dès la semaine prochaine", écrit dans un communiqué la préfecture.

"Le préfet préfère les communiquer avec les journalistes plutôt qu'avec les maires"

Si tous les édiles saluent les propos du préfet qui confie, ce jeudi dans Ouest France que "l'État est désormais fondé juridiquement à intervenir et donc apporter le concours des forces de l'ordre", ils regrettent en revanche l'absence de dialogue entre l'État et les élus locaux. "Il y a quelqu'un qui ne joue pas le jeu et ce quelqu’un c'est le préfet de Loire Atlantique, peste Roch Chéraud, maire de Saint-Viaud. Il est venu sur nos territoires, fin décembre, et on n'a même pas été avisé. Le préfet a des informations et il préfère les communiquer aux journalistes plutôt qu'aux maires. Ça suffit, il y a un moment, il faut que le fonctionnement républicain reprenne ses droits." 

Si c'est comme à Notre-Dame-des-Landes, on est parti pour avoir une ZAD qui va durer. On a peur que ça s'enlise.

Il n'est pas le seul à être remonté contre le mutisme du représentant de l'État dans le département. "On parle souvent du couple maire-préfet en ce moment avec la crise sanitaire, observe Raymond Charbonnier, premier administré de Paimbœuf. On est souvent cité quand on doit faire partager les consignes du gouvernement sur le masque et la distanciation physique, notamment, par contre quand c'est dans l'autre sens, on est complètement ignoré." 

Après quelques échanges avec un représentant de la préfecture, les élus ont compris que Didier Martin ne les recevrait pas. "_On ne comprend pas pourquoi il ne veut pas répondre à nos courriers, ou accepter nos rendez-vous_", s'interroge le président de la communauté des communes Sud Estuaire.

La crainte de voir le même scénario qu'à Notre-Dame-Des-Landes se reproduire

Satisfaits de voir la situation "avancer", les élus préfèrent rester prudent. Pour l'heure, aucune calendrier n'a été dévoilé quant au démantèlement de la ZAD du Carnet. "Je préfère rester discret", s'est contenté de lâcher le préfet. "On est capables de garder un secret, déplore Yannick Morez, maire de Saint-Brévin-Les-Pins. Mais on voudrait surtout savoir si les Zadistes vont réellement être évacués." L'écharpe bleue-blanc-rouge sur la poitrine, Raymond Charbonnier, regrette lui aussi "ne pas avoir de date". 

Désireux de voir les militants être évacués au plus vite, le maire de Saint-Viaud Roch Chéraud redoute néanmoins que la situation ne s'enlise. "Aujourd'hui, on regarde les trains passer et on n'a aucun moyen d'agir sauf que c'est nous qui en subissons les conséquences, confie le maire réélu au premier tour, en mars 2020. Notre territoire mérite mieux que d'être pris en otage à ce niveau-là." 

"Si c'est comme à Notre-Dame-des-Landes, on est parti pour avoir une ZAD qui va durer, abonde le président de la communauté des communes Sud Estuaire. On a peur que ça s'enlise [...] En plus on est en période pré-électorale et on a peur qu'il ne se passe rien et donc on en reprendrait encore pour un an, voire plus."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess