Politique

LoRdi, ordinateur des lycéens, étendu à toute l'Occitanie, mais sous conditions

Par Fabien Fourel, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Hérault, France Bleu Roussillon, France Bleu Toulouse et France Bleu jeudi 19 janvier 2017 à 5:50 Mis à jour le jeudi 19 janvier 2017 à 11:05

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - MaxPPP

L'ordinateur offert aux lycéens de seconde de l'ancienne région Languedoc-Roussillon, LoRdi, sera bel et bien étendu à la grande région Occitanie, mais l'opération va être légèrement modifiée à la rentrée prochaine. Explications.

C'était une initiative de Georges Frêche alors président de région mais c'est terminé. Carole Delga va annoncer ce jeudi la modification de l'opération LoRdi. Distribué depuis cinq ans aux 32.000 lycéens du Languedoc-Roussillon, la nouvelle région préfère l'attribuer désormais aux élèves des lycées labellisés "numériques".

"Ce sont les lycées qui promettent de se servir de l'ordinateur pour leurs cours." Carole Delga

Cela représente 45 lycées sur 76 soit 59% du total. Et pour les autres lycées cela se fera sous conditions de ressources. Les élèves issus de foyers modestes pourront toujours prétendre à LoRdi gratuit mais les autres devront payer.

"Cela peut représenter en fonction des revenus une participation de 80 à 200 euros" Carole Delga

La FCPE et le SNES - FSU dénoncent "la pire des décisions"

Cette décision est déjà vivement critiquée par la FCPE, l'association de parents d'élèves dénonce la sélection des familles qui vont bénéficier de l'opération désormais.

"Déjà que certaines familles de classes moyennes ne bénéficient pas des bourses par exemple, si on leur demande d'acheter un ordinateur en plus de toutes les autres dépenses de la rentrée, ça va être compliqué pour leurs budgets." Elisabeth Briat Thévenet - FCPE

Ecoutez Elisabeth Briat-Thévenet de la FCPE

De son côté, le SNES - FSU, le syndicat enseignant, rappelle qu'un ordinateur est indispensable aujourd'hui.

"On demande à nos élèves d'utiliser des logiciels de bureautique, de faire des recherches sur internet, de faire des devoirs sur l'ordinateur, on va pénaliser les élèves".

Bertrand Humeau - secrétaire académique du SNES- FSU

La décision devrait être entérinée lors du vote du budget, le 20 février prochain.