Élections DOSSIER : Les élections législatives 2017 en Occitanie

Louis Aliot : "Je serai un député d'opposition totale"

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon dimanche 18 juin 2017 à 21:34

Louis Aliot nouveau député
Louis Aliot nouveau député © Maxppp - Olivier Corsan

Louis Aliot a été élu député de la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales, il devance la candidat d'En Marche de 400 voix. Il a exprimé sa grande satisfaction au micro France Bleu Roussillon.

France Bleu Roussillon : Quel est votre sentiment après cette victoire ?

Louis Aliot : C'est une grande victoire dans la mesure où la vague macroniste est très importante et elle emporte les trois autres circonscriptions, sur lesquelles je salue le travail de mes camarades et de nos militants. Je trouve que c'est effectivement un bon résultat et qui augure de la suite. La suite ce sont notamment les municipales et c'est très certainement une recomposition locale de la politique. De ce point de vue, j'aurai certainement des messages à adresser à un certain nombre d'élus et de cadres d'autres formations politiques avec lesquels nous devrons travailler à l'avenir pour aussi reprendre le département à la gauche.

"Un député au chevet des communes, de la ruralité, de la viticulture, des agriculteurs, des ouvriers,..."

France Bleu Roussillon : Comment expliquez-vous cette courte victoire de 400 voix ?

Louis Aliot : Mon adversaire avait pourtant reçu les soutiens du maire de Perpignan, de Saint-Laurent de la Salanque, de Canet et même du Premier Ministre qui est carrément venu la soutenir sur la circonscription. La dernière fois sur cette circonscription Fernad Siré avait aussi gagné de peu. il y a un certain équilibre sur cette circonscription, aujourd’hui clairement la droite est majoritaire. Il faut donc travailler pour la suite.

France Bleu Roussillon : Quel député serez-vous ?

Louis Aliot : Je vais être un député d'opposition totale. Je pense que le projet de Monsieur Macron à l'échelle nationale et internationale est très mauvais pour la France. Au niveau local, je vais être un député au chevet des communes, de la ruralité, de la viticulture, des agriculteurs, des ouvriers et des employés qui souffrent beaucoup ici. Aujourd’hui la politique ne peut plus se faire dans des querelles politiciennes qui ont trop abîmé le territoire, elle doit se faire dans le dialogue et le travail au plus près des préoccupations.

À lire aussi :