Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ludovic Mendes, député En Marche de Metz : "Il faut continuer la pédagogie"

lundi 25 septembre 2017 à 9:26 Par Rachel Noël, France Bleu Lorraine Nord

En Moselle, il n’y aura aucun sénateur issu de la majorité présidentielle. Dans le département, les grands électeurs ont élus 4 sénateurs de droite et un issu du Parti Socialiste. Ce n’est pas un soucis pour le nouveau député En Marche de Metz, Ludovic Mendes

Ludovic Mendes député En Marche de Metz en Moselle
Ludovic Mendes député En Marche de Metz en Moselle © Radio France - Rachel Noel

Metz, France

En Moselle, il n’y aura aucun sénateur issu de la majorité présidentielle. Dans le département, les grands électeurs ont élus 4 sénateurs de droite et un issu du Parti Socialiste. Ce n’est pas un souci pour le nouveau député En Marche de Metz, Ludovic Mendes. Pour lui, c’est simplement le signe qu’on est encore dans l’ancien système.

"Ce n’est même pas une surprise pour nous. On n’a pas de commune En Marche, on est seulement au début de la recomposition politique. Pour nous d’avoir 23 sénateurs en Marche c’est déjà un début.

On est encore dans le clivage gauche-droite, avec des personnes qui votent pour leur famille politique. Maintenant on va faire nos propositions et on verra qui veut nous accompagner dans le projet qu’on a posé"

Le gouvernement travaille sur plusieurs propositions. Notamment sur la sécurité intérieure et le terrorisme, sur la fin de vie, le handicap et la violence mais aussi sur le plan de financement de la sécurité sociale.

Des élus qui se sentent écoutés

Ludovic Mendes considère que les nouveaux élus ne sont pas simplement là pour faire de la figuration. Chacun peut exprimer son avis, et celui-ci est pris en compte.

"On a su dire au sein des commissions là où l’on n’est pas d’accord. Je n’ai pas pour l’instant de problème, et on a pu dire quand on n’est d’accord ou pas d’accord et les textes ont été amendés".

Ce n’est pas la rue qui gouverne

Avec le mouvement des routiers qui débute ce lundi, mais aussi après les manifestations sur la loi travail, Ludovic Mendes considère que les élus font leur travail d’écoute, mais que c’est au gouvernement et au parlement de mener la politique du pays.

"On les entend et on les écoute. L’idée, c’est de continuer la pédagogie. L’idée c’est un projet global. On n’essaye pas de casser le dialogue social. Il y a des évolutions dans cette loi pour les entrepreneurs, mais aussi pour les salariés"

Ludovic Mendes, député En Marche de Metz