Politique

Lutte contre la corruption : l'association Transparency France salue un bilan positif du quinquennat Hollande

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu lundi 19 décembre 2016 à 12:25

François Hollande lors du Conseil européen à Bruxelles, le 15 décembre dernier
François Hollande lors du Conseil européen à Bruxelles, le 15 décembre dernier © Maxppp - Gong Bing

L'association Transparency France dresse ce lundi un bilan positif du quinquennat de François Hollande, en matière de transparence de la vie publique et de lutte contre la corruption. Elle fait aussi onze recommandations aux candidats à l'élection présidentielle, publiées par franceinfo.

Le bilan du quinquennat de François Hollande en matière de transparence de la vie publique et de lutte contre la corruption est positif, selon l'association Transparency France. Le résultat du bilan, publié sur franceinfo, révèle aussi onze recommandations aux candidats à l'élection présidentielle de 2017.

L'affaire Cahuzac, un électrochoc

Le scandale de l'affaire Cahuzac a créé une véritable secousse en 2013. Afin de mieux contrôler le patrimoine des élus et d'éviter les conflits d'intérêts, l'association Transparency France salue la création de deux instances : la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique et un parquet national financier dédié à la fraude fiscale.

Plusieurs grandes lois ont été adoptées, notamment la loi Sapin II, qui permet de protéger les lanceurs d'alerte et qui intègre des mesures anti-corruption dans l'entreprise. Un "changement de culture" selon Transparency France : il y a eu de grandes avancées, comme la limitation du cumul des mandats, qui sera appliqué en 2017.

Des avancées notables... mais ce n'est qu'un début

Il reste encore beaucoup à faire selon l'association Transparency France. Elle fait onze recommandations aux candidats à l'élection présidentielle de 2017 sur plusieurs thématiques, et notamment sur le lobbying en France, qui n'est pas assez encadré. Elle demande plus de transparence sur la fabrication de la loi, mais aussi sur les indemnités de frais de mandat des élus. Autre recommandation : tout candidat à une élection doit avoir un casier judiciaire vierge.

Enfin, lors des campagnes électorales, les comptes de partis politiques devraient être vérifiés, pour éviter une nouvelle affaire Bygmalion. Un enjeu très important : selon un sondage de l'association publié en août, plus d'un Français sur deux estime que la plupart des décideurs publics sont corrompus.