Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de TGV Lyon-Turin

Lyon-Turin : la position du nouveau maire de Lyon fait réagir au Conseil régional

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La majorité au conseil régional Auvergne Rhône Alpes a voté un vœu pour soutenir la réalisation de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Une réponse aux propos du nouveau maire écologiste de Lyon Grégory Doucet la semaine dernière dans le quotidien turinois La Stampa.

 -
- © Maxppp - Tino Romano

C'est une sorte de troisième tour des élections municipales qui se jouent depuis dix jours autour du Lyon-Turin. La semaine dernière, le nouveau maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, dénonçait dans une interview au quotidien turinois La Stampa une "oeuvre erronée qu'il faut arrêter".  Cette déclaration politique n'aurait pas dû aller plus loin puisqu'il s'agit d'un projet décidé et financé par les Etats et l'Europe.

La majorité régionale, qui ne finance pas le tunnel de base mais une partie des accès entre Lyon-Saint-Exupéry et Saint-Jean-de-Maurienne, a fait voter aujourd'hui un vœu pour soutenir la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Un vœu présenté par le conseiller régional délégué aux vallées de montagne et maire LR de Moûtiers Fabrice Pannekoucke, pour qui les déclarations du maire de Lyon sont incompréhensibles. "Aussi par ce vœu, a conclu l'élu dans sa présentation, La Région Auvergne Rhône Alpes entend appeler à la responsabilité sur le projet du Lyon-Turin, qui en dehors des considérations dogmatiques, doit bénéficier à tous ceux qui souhaitent s'engager pour l'avenir de notre région et de ses habitants".

"Vous préférez soutenir un projet qui verra peut-être le jour dans dix, quinze ou vingt ans" - Jean-Charles Kohlhaas, élu EELV

"Je ne sais pas où est le dogmatisme, lui a répondu le chef de file du groupe EELV, Jean-Chatrles Kohlhaas. Vous préférez soutenir un projet qui verra le jour peut-être dans dix, quinze ou vingt ans. Contrairement à ce qui a été dit, la ligne existante selon tous les rapports indépendants techniques et scientifiques n'est pas saturée ". Le groupe écologiste a voté contre ce vœu.

"Je rêverais que les capacités fret soient suffisantes sur la ligne actuelle" - Éric Fournier, maire de Chamonix.

"Je rêverais que les capacités fret soient suffisantes sur la ligne existante, malheureusement ça n'est pas le cas, lui a répondu le maire de Chamonix, et élu dans la majorité régionale. Sauf à condamner nos territoires à la thrombose, nos logisticiens et nos entreprises à déserter la région, il nous faut impérativement une liaison à haute capacité fret à travers les Alpes, a ajouté Eric Fournier pour qui : " Ce n'est pas un maire isolé qui peut dire moi je suis opposé, parce tous les maires de l'Arc alpin dans ce cas sont fondés à prendre position. C'est véritablement une décision collective qui doit être portée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess