Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Lyon-Turin : "Moi je ne fais pas la chaise vide sur le sujet" C. Ferrari, président de la Métropole de Grenoble

mardi 19 avril 2016 à 15:04 Par Laurent Gallien, France Bleu Isère

Lundi soir, la majorité du conseil municipal de Grenoble a décidé de retirer la ville du "protocole d'intention" du financement du Lyon-Turin. Ça n'est pas la position du président de la Métropole grenobloise.

Le président de la Métropole grenobloise Christophe Ferrari
Le président de la Métropole grenobloise Christophe Ferrari - ©Grenoble-Alpes Métropole

Grenoble, France

Christophe Ferrari, le président socialiste de la Métropole de Grenoble, réagit ce mardi à la décision de Grenoble de se retirer du financement du Lyon-Turin. L'élu ne tranche pas mais fait comprendre qu'il n'est pas question pour l'instant de prendre une décision similaire au niveau intercommunal. La Métropole grenobloise qui a aussi signé le fameux "protocole d'intention", au même titre que le département de l'Isère et d'autres collectivités de la Région. "La Métro débattra" dit son président, "en temps et en heure". "Les engagements des collectivités sont à l'horizon 2030-2050 donc je ne brûle pas les étapes". Christophe Ferrari qui précise "et moi je ne fais pas la chaise vide sur le sujet".

"Il y a eu des évolutions dans le projet", et face à ces évolutions, ce que le président de la Métropole grenobloise dit attendre, c'est la prochaine réunion du comité Lyon-Turin, co-présidée par le président de Rhône-Alpes-Auvergne et le Préfet de région , "pour savoir quelles sont les évolutions aussi dans le dispositif financier".

la Métropole prendra part à cette réunion : "J'y serait présent", dit Christophe Ferrari, "parce que ce sujet m'intéresse et notamment sur les questions qui peuvent être relatives, dans le cadre de ce projet Lyon-Turin, sur la desserte Grenoble-Lyon, qui est quand même un sujet d'importance en termes stratégiques pour la Métropole grenobloise". Pour toute la Métropole grenobloise, grenoblois compris.

Lyon- Turin, la position du président de la Métro, Christophe Ferrari