Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Macron en Corse : le boycott nationaliste

-
Par , , France Bleu RCFM

A trois jours de la visite d’Emmanuel Macron en Corse, c’est officiel, les élus de la majorité nationaliste ne se rendront pas au grand débat de Cozzano.

Les élus de la majorité nationaliste ne se rendront pas au grand débat de Cozzano
Les élus de la majorité nationaliste ne se rendront pas au grand débat de Cozzano © Maxppp - maxppp

Corse, France

Le président de l’Exécutif de Corse a donné sa position ce lundi, il ne participera pas en l'état au débat de Cozzano. Gilles Simeoni estime que cette rencontre prévue le 4 avril est une occasion manquée, dans un communiqué il critique la forme et le fond même s’il réaffirme que la majorité territoriale reste disponible pour le dialogue. Le président de l'Exécutif, avait déjà décliné en février dernier une invitation à l’Élysée.

Climat de défiance 

Si Gilles Simeoni a attendu ce lundi pour faire connaitre sa position, celle de Jean-Guy Talamoni en revanche était déjà claire depuis plusieurs jours. Pas d’hésitation pour le président de l’assemblée de Corse, c’est non, selon lui les conditions ne sont pas réunies.

Sur la même ligne, Jean-Christophe Angelini, devrait également, bouder la rencontre. 

Une erreur

Ne pas se rendre à Cozzano serait une erreur, assure de son côté Jean-Charles Orsucci, le président La république en marche du groupe Anda per Dumane à l’assemblée de Corse.

Sur la même longueur d'onde on retrouve Jean-Martin Mondoloni, le président du groupe Pè l'avvene, selon qui on ne refuse pas le dialogue.

Le grand débat de ce jeudi s'annonce donc sous tensions avec l'opération « Isula morta » déjà annoncée par les leaders nationalistes pour la demi-journée ce 4 avril, la lettre ouverte du collectif Patriotti qui tient à rappeler au Président Macron que "en tant que garant de l’État de droit, il se doit d'en respecter les règles", mais aussi des attentats qui ont à nouveau secoué l'ile ce week-end à Sagone et Venzolasca.