Politique

Macron ou la "tentation du Roi soleil", selon la presse européenne

Par Anja Vogel, France Bleu lundi 19 juin 2017 à 19:44

Le président français salué par la foule au Touquet après la victoire de son parti aux législatives
Le président français salué par la foule au Touquet après la victoire de son parti aux législatives © Maxppp - Kristina Afanasyeva

Après l'écrasante victoire des députés de La République en marche aux législatives, Emmanuel Macron a désormais les mains libres pour gouverner. Cela interpelle la presse européenne, qui s'interroge sur les risques de cette "prise de pouvoir éclair" et de ce "séisme politique sans précédent".

"Et voilà, le Roi est couronné", s'exclame la presse belge: le Soir retrace le "parcours sans faute d'un jeune homme qui a eu le grand courage d’oser la prise de risque sans filet et se retrouve avec un hyperpouvoir entre les mains". Le quotidien espagnol ABC renchérit: "En remportant la majorité absolue à l'Assemblée nationale, La République en marche donne les pleins pouvoirs au nouveau Roi de France, Emmanuel Macron". El Pais aussi titre sur "les pleins pouvoirs de Macron 1er de France, l'ancien ministre audacieux transformé par les Français en monarque tout puissant". Le Soir met en garde contre «cette suicidaire tentation française de se prendre pour le Roi soleil».

Reste à cette nouvelle majorité inédite à faire ce qu'elle a promis

"La responsabilité est immense, l'enjeu est énorme, souligne le Temps en Suisse: le pire serait de se raidir, de se laisser tenter par la face autoritaire sombre que certains lui prêtent déjà". Le Financial Times outre-Manche s'étonne de cette France qui, il y a un an encore, présentait "tous les symptômes d'une sévère allergie aux réformes économiques" et qui finalement "remet ses pouvoirs exécutifs et législatifs à un dirigeant probusiness". "Macron a gagné parce que la France avait peur du vide", analyse le quotidien italien Corriere della Sera. Face à la disparition des grands partis, au terrorisme, à la crise, au populisme, l'investissement fait par la France sur sa personne est celui de tous les Européens.

Abstention record: exception et paradoxe français

Par ailleurs nos partenaires relèvent la très forte abstention lors de ces législatives : ce "gros bémol", cette "abstention énorme", alors que partout ailleurs en Europe, c'est le taux de participation qui est mis en avant, deux fois plus élevé lors des dernières législatives aux Pays-Bas, rappelle la presse néerlandaise. Pour Le Temps, cela confirme la division de la France et augmente «les inquiétudes sur un possible troisième tour social sur les réformes promises, à commencer par le code du travail. Pendant que la presse allemande et notamment le Frankfurter Allgemeine Zeitung s'impatiente: «Au travail!».

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens