Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Maintien ou report des élections régionales ? Les maires du Calvados et de l'Orne mitigés

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le gouvernement demande ce week-end à tous les maires de France leur avis concernant la tenue des élections régionales et départementales, prévues en juin prochain. Ils ont reçu un mail des préfectures vendredi soir auquel ils doivent répondre avant ce lundi matin. Les points de vue divergent.

Le gouvernement a demandé aux maires de se prononcer sur les mesures sanitaires pour les élections régionales et départementales de juin, avant un débat parlementaire prévu dès mardi.
Le gouvernement a demandé aux maires de se prononcer sur les mesures sanitaires pour les élections régionales et départementales de juin, avant un débat parlementaire prévu dès mardi. © Radio France - Noémie Guillotin

Les élections départementales et régionales pourront-elles se tenir en juin prochain ? Pour répondre à cette question, l'exécutif a décidé de consulter tous les maires de France. Ils ont reçu un mail vendredi soir, auquel ils doivent répondre "oui" ou "non" avant ce lundi matin, en se basant sur les préconisations du Conseil scientifique. 

Dans le Calvados et l'Orne, les maires sont mitigés.

"Je pense qu'il faut maintenir ces élections. Les préconisations du Conseil scientifique semblent difficiles à appliquer, mais d'ici le mois de juin, la situation sanitaire va s'améliorer avec l'accélération de la vaccination, moi j'y crois", assure Philippe Van Hoorne, maire de l'Aigle, président de l'association des maires de l'Orne. Il ajoute cependant que cela semble plus compliqué à organiser dans les petites communes.

Des règles impossibles à respecter ?

Dans certains villages de l'Orne, les maires s'attendent à des règles impossibles à respecter et demandent donc un report en septembre ou en octobre.

"Toute la difficulté résulte dans l'organisation, avec des contraintes qui visiblement imposerait la vaccination ou le dépistage de tous les assesseurs, ce n'est pas possible. Sans parler du respect des gestes barrières dans les petites mairies, et du fort risque d'abstention à ce moment-là", estime François Carbonell, maire de Vitrai-sous-L’Aigle et président des maires ruraux de l'Orne.

Même son de cloche dans le Calvados. Lionel Marie, le maire de Blainville-sur-Orne, près de Caen, plaide pour un report face à une organisation trop complexe.

"Je rappelle que c'est une double élection. En temps normal, c'est déjà difficile à organiser pour les petites communes, mais là, avec les contraintes sanitaires cela semble impossible. Il faut prendre le temps de l'organiser correctement et reporter", explique l'élu.

Reporter à une date proche

Dans les grandes villes, l'organisation des élections régionales et départementales semble moins compliquée. Pourtant, la vaccination obligatoire des assesseurs pose question. 

"Selon moi, il y a deux options : soit on est capables de garantir à nos assesseurs qu'ils pourront être vaccinés avant la date de l'élection, au moins avec une première dose, soit on reporte, mais à une date proche. C'est au gouvernement de prendre sa responsabilité", avance Joël Bruneau, maire de Caen. 

L'édile caennais ajoute que le report de ces élections ne doit pas se faire après le mois de septembre, car "on ne peut pas toujours repousser des échéances démocratiques".

Une consultation urgente qui surprend et questionne

Si les maires du Calvados et de l'Orne ont chacun leur avis sur la question, tous sont d'accord sur une chose : cette consultation surprend et questionne.

"Personnellement, je ne me positionne pas, car ce n'est pas de ma responsabilité. J'ai l'impression que le gouvernement veut nous passer la patate chaude, cette méthode me parait précipitée, un mail avec réponse obligatoire en 48 heures, sur un sujet complexe", explique Olivier Paz, maire de Merville-Franceville et président de l'association des maires du Calvados. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

François Carbonell, maire de Vitrai-sous-L’Aigle, est du même avis : "Ce que je regrette, c'est que l'on demande l'avis des maires, seulement quand il y a un sujet épineux et que personne ne veut prendre de responsabilité."

Alors maintien ou report des élections ? Le sujet est en débat mardi à l'Assemblée nationale et mercredi au Sénat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess