Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le maire, "c'est parce qu'il est en première ligne qu'il est aimé"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le maire est l'élu le plus populaire pour 70% de personnes interrogées dans le Grand Est selon un sondage Odoxa pour France Bleu.

Le maire, élu le plus populaire auprès de plus de 6 Français sur 10 (sondage Odoxa pour France Bleu)
Le maire, élu le plus populaire auprès de plus de 6 Français sur 10 (sondage Odoxa pour France Bleu) © Maxppp - Alexandre Marchi

Moselle, France

Il est l'élu de proximité, celui qui est appelé à toute heure du jour ou de la nuit, pour résoudre n'importe quels problèmes. Selon un sondage Odoxa-CGI réalisé pour France Bleu, le maire reste l'élu le plus populaire auprès de 63% des Français. La satisfaction grimpe même à 70% pour les personnes interrogées dans le Grand Est.

"C'est parce qu'il est en première ligne qu'il est aimé" commente Michel Liegbott, maire de Fameck depuis 30 ans. "Le maire est dans sa mairie, mais aussi dans sa maison, dans sa ville, il se balade dans les commerces, va au marché le samedi : il est visible." 

Ecouter : Michel Liebgott, maire de Fameck , invité de France Bleu Lorraine 

Croque-mort, sage-femme et internet

Effectivement, l'enquête révèle que l'affection pour le maire s'exprime particulièrement dans les petites communes ou le lien de proximité reste très fort. Et l'élu est amené à tout faire. Gilbert Hardt, maire de Rémering, un peu plus de 400 habitants en Moselle-est se rappelle avoir déjà joué le rôle de "croque-mort, sage femme... La nuit quand il y a un orage, qui vient on réveiller ? C'est moi ! Le maire, c'est la première autorité, alors il faut se débrouiller." Sans compter l'apparition des réseaux sociaux qui a changé la relation entre le maire et ses administrés. "Avant c'était les coups de fil dans la nuit. Maintenant je reçois dix messages sur Messenger chaque jour" raconte Michel Liebgott. 

Crise des vocations 

Mais la fonction est loin de faire rêver. 86% des sondés affirment qu'ils ne voudraient pas être à la place de leur maire. Et la crise des vocations, déjà largement constatée lors du dernier scrutin de 2014, devrait encore s'amplifier en 2020. "Je connais des maires qui n'ont qu'un mandat et qui en ont déjà assez." Les maires pointent le manque croissant de moyens pour exercer leur fonction, les baisses de dotations de l'Etat qui ont considérablement réduit leurs marges de manœuvre, la perte d'autonomie également au profit des intercommunalités. 

Je connais des maires qui n'ont qu'un mandat et qui en ont déjà assez.

Malgré tout, ils exercent leur mandat avec la même passion qu'à leurs débuts. "C'est un plaisir de rencontrer des gens" dit Michel Liebgott. Même son de cloche à Rémering pour Gilbert Hardt : "On est comme ça. Certains vont jouer au football, d'autres vont à la pêche. Moi je vais à la mairie et j'essaie de trouver des idées pour l'enjoliver et faire qu'on s'y sente mieux."

Le maire, l'élu préféré des Français. - Visactu
Le maire, l'élu préféré des Français. © Visactu
Choix de la station

France Bleu