Politique

Mairie de Chenôve : Jean Esmonin poussé vers la sortie

Par Marion Bastit et Véronique Narboux, France Bleu Bourgogne mardi 22 septembre 2015 à 11:49

Jean Esmonin (à droite) cède sa place de maire à Thierry Falconnet (à gauche).
Jean Esmonin (à droite) cède sa place de maire à Thierry Falconnet (à gauche). © Radio France - Edouard Marguier

Ce lundi soir, Jean Esmonin a cédé sa place de maire de Chenôve à Thierry Falconnet. Un départ jugé prématuré par Jean Esmonin, qui devait rester maire jusqu'à 2017. Thierry Falconnet invoque de gros dossiers à venir, dont celui de la tranquillité publique.

Thierry Falconnet est le nouveau maire PS de Chenôve. Il a été élu ce lundi soir par 23 voix contre cinq pour Caroline Carlier, la nouvelle présidente du groupe "Chenôve entre vos mains", la liste de gauche dissidente menée l'an dernier par Roland Ponsaa, qui vient de démissionner.

Thierry Falconnet succède donc à Jean Esmonin, qui a occupé le fauteuil de maire pendant 16 ans. Cette transition avait d'ailleurs été annoncée durant la campagne municipale de 2014, à ceci près que Jean Esmonin souhaitait assumer trois ans de mandat, et qu'il passe la main au bout de 18 mois seulement.

Un départ que Jean Esmonin qualifie lui-même de "prématuré". Il ne cache pas qu'il a été poussé vers la sortie par sa majorité municipale. _« Mes colistiers m’ont demandé de me démettre, raconte-t-il. Je n’imaginais pas subir une pareille pression, dans des conditions peu respectueuses. Cela m’a beaucoup touché. J’ai donc décidé de me démettre. »

## "Un manque de respect"_

_« Je ne parle pas de trahison, poursuit-il, je parle de manque de respect, et surtout de non-respect de l’engagement pris pendant la campagne, puisqu’il était dit que je partirais à mi-mandat, et cela avait été avalisé par tout le monde. C’est une façon peu socialiste de se conduire. »_

Pour son successeur Thierry Falconnet, ce sont les dossiers à venir qui justifient cette décision, et notamment celui de la tranquillité publique. « Sur cette question, nous ne partagions pas nécessairement les mêmes perceptions de l’urgence de la situation », explique-t-il. 

L'urgence de la tranquillité publique

_« Nous allons continuer le renforcement de la police municipale qu’avait commencé Jean Esmonin, détaille-t-il, et créer une direction de la tranquillité publique. Nous travaillons également avec le Grand Dijon sur l’arrivée prochaine de médiateurs intercommunaux à Chenôve. »_

« Il y a aussi l’aménagement du parc urbain, où se concentre l’essentiel de nos difficultés aujourd’hui. Tout un train de mesures qui ont leur cohérence, et que j’annoncerai lors du prochain conseil municipal. »

Jean Esmonin a annoncé en fin de conseil municipal qu'il "ne se reconnaissait plus dans cette majorité". Il a donc décidé de quitter le groupe et siègera désormais comme non inscrit dès le prochain conseil, lundi 28 septembre.