Politique

Michèle Alliot-Marie : "Je veux que chacun retrouve l'élan de vivre, de créer, d'innover"

Par Bixente Vrignon et Yves Tusseau, France Bleu Pays Basque et France Bleu mercredi 14 décembre 2016 à 8:30

Pour Michèle Alliot-Marie, "les primaires ne sont pas conformes à l'esprit de nos institutions".
Pour Michèle Alliot-Marie, "les primaires ne sont pas conformes à l'esprit de nos institutions". © Maxppp -

Candidate à la présidentielle, MAM était l'invitée de France Bleu Pays Basque ce mercredi matin. Michèle Alliot-Marie se veut la gardienne du gaullisme, et une candidate anti-establishment pour "donner aux Français l'envie d'entreprendre, l'envie de leur réussite".

Si elle part, sans passer par la case primaires de la droite, c'est parce que "la primaire n'est pas conforme à l’esprit de nos institutions". Sur France Bleu Pays Basque Michèle Alliot-Marie déclare avoir "une ambition pour la France, je ne supporte plus de voir la France rabaissée, les Français parmi les plus pessimistes au monde". L'ancienne ministre - elle a occupé tous les ministères régaliens - veut "proposer aux Français une vision, un discours de vérité pour redéfinir notre pacte social et national, pour avoir envie de vivre ensemble.

"Le gaullisme est devenu à la mode" — Michèle Alliot-Marie

Tout le monde se réclame du gaullisme, mais pour MAM, "c'est une façon d'aborder les problèmes en regardant la réalité du monde". Sa petite musique personnelle, ce qui la distingue, c'est l'Europe : "Je vais me distinguer de tous ceux qui rejettent l’Europe, rejeter l’Europe ou l'euro c'est irresponsable. Il n'y a pas d'économie forte sans un Etat stratège", dit l’ancienne députée de la côte basque qui cite l'agro-alimentaire et l’aéronautique comme fleurons de l'économie française.

MAM: "Ca n'est pas une question de personne! Le président de la République ne peut pas être choisi par un clan".

"Une campagne différente"

"Je veux faire une campagne différente" a déclaré Michèle Alliot-Marie, qui dit être en contact direct avec les Français depuis quatre ans : "Je vais voir les Français chez eux". "Il y a beaucoup de tensions, les gens rejettent les médias et la politique", c'est peut-être pour ça que "je ne passe pas mon temps devant les TV". MAM l'affirme, "C'est pas l’establishment que je vais utiliser pour ma campagne mais des Français qui sont dans la vie réelle.

L'envie d'entreprendre

MAM: "Depuis 4 ans je suis dans le contact direct avec les Français"

"Je veux rendre aux Français l'envie d'entreprendre, l'envie de leur réussite. Il faut tourner la page d'un quinquennat de doutes, de désillusions, de craintes, je veux que chacun retrouve l'élan de vivre, de créer, d'innover", conclut MAM.

Le parcours politique de MAM - Radio France
Le parcours politique de MAM © Radio France - Olivier Uguen