Politique

Manifestation contre l'état d'urgence à Rouen : au moins 250 personnes réunies

Par Nausicaa Ferro, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 30 janvier 2016 à 21:10

A Rouen, ils manifestent ce samedi pour la levée de l'état d'urgence
A Rouen, ils manifestent ce samedi pour la levée de l'état d'urgence © Radio France - Radio France - Nausicaa Ferro

Ce samedi à Rouen comme à Paris et dans plusieurs villes françaises, une manifestation a eu lieu pour protester contre la prolongation de l'état d'urgence en France et le projet de loi sur la déchéance de nationalité. Au moins 250 personnes étaient présentes.

Malgré la pluie, ils étaient au moins 250 manifestants réunis (450 selon les organisateurs) ce samedi à Rouen pour faire entendre leur refus de prolonger l'état d'urgence en France et leur désaccord à propos du projet de loi sur la déchéance de nationalité.

"L'état d'urgence ne sert à rien" - Patrick Lemoile, du collectif de défense des libertés fondamentales

A l'initiative du rassemblement, le collectif de défense des libertés fondamentales, dont fait partie Patrick Lemoile "l'état d'urgence ça ne sert à rien contre le terrorisme tel qu'il existe, les saisies d'armes ne sont pas supérieures à celles qu'il y avait avant l'état d'urgence, par contre il y a 3000 perquisitions pour deux personnes inculpées, donc l'institutionnalisation de l'état d'urgence c'est institutionnaliser des atteintes aux libertés qui n'ont rien à voir avec le terrorisme et qui ont des effets pour tout le monde". 

Dans la foule, Thibault exprime son avis sur l'état d'urgence "le fait d'assigner les personnes à résidence et de perquisitionner sans avoir à se justifier, on passe de la présomption d’innocence au présumé coupable, c'est dérangeant".

La question sur la déchéance de nationalité est essentielle selon Patrick Lemoile "ça a un effet pour les personnes qui sont binationales et qui sont sorties de l'ensemble de la société, et quand on se met à dire "telle personne n'est pas la société", on entre dans quelque chose d’extrêmement dangereux pour la démocratie et les libertés".

Selon un sondage publié ce samedi, quatre français sur cinq sont favorables à une nouvelle prolongation de trois mois de l'état d'urgence à partir du 26 février. 

Partager sur :