Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestations : "La position de Pierre Hurmic me dérange" déplore Edwige Diaz, conseillère régionale RN

-
Par , France Bleu Gironde

Après la manifestation de samedi à Bordeaux et les dégradations constatées rue Sainte-Catherine, la cheffe de file du Rassemblement national en Gironde, Edwige Diaz a critiqué, ce mercredi sur France Bleu Gironde, la position du maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, présent au début du rassemblement.

La conseillère régionale et secrétaire départementale RN en Gironde Edwige Diaz était l'invitée de France Bleu Gironde ce mercredi.
La conseillère régionale et secrétaire départementale RN en Gironde Edwige Diaz était l'invitée de France Bleu Gironde ce mercredi. © Radio France - Capture d'écran France 3

Après les dégradations, samedi sur la rue Sainte-Catherine à Bordeaux, en marge de la Marche des libertés, qui a rassemblé 12 000 personnes à Bordeaux, Edwige Diaz a pointé "la responsabilité des élus qui étaient dans cette manifestation". Invitée de France Bleu Gironde ce mercredi, la conseillère régionale et secrétaire départementale Rassemblement national en Gironde a notamment cité Pierre Hurmic et Clément Rossignol-Puech, les maires de Bordeaux et de Bègles, qui étaient au début du rassemblement place de la Bourse. 

"Ils contribuent à participer à ce climat délétère, qui pénalise les commerçants", dénonce Edwige Diaz. Pour elle, "ils ont contribué à créer ce climat de lutte, de revendication, qui dégénère systématiquement. On l'a vu avec les gilets jaunes qu'il y avait des casseurs qui s'infiltraient, avec les manifestations contre la réforme des retraites". 

Dans les manifestations dans lesquelles Marine Le Pen se trouvait, on ne criait pas "Tout le monde déteste la police"

"La position de Pierre Hurmic me dérange", reprend-elle. Si elle "ne dit pas" que les élus n'ont pas leur place dans les manifestations, elle réfute la comparaison avec Marine Le Pen, qui avait soutenu - sans y participer - les manifestations de gilets jaunes. "Dans les manifestations dans lesquelles Marine Le Pen se trouvait, on ne criait pas 'Tout le monde déteste la police'", répond elle. "Les drapeaux qu'on a vu samedi lors de la manifestation, c'étaient des drapeaux d'Europe Écologie - Les Verts, [...] du NPA, de la France insoumise, on a même vu des drapeaux de l'ex-URSS", énumère-t-elle. 

Revoir l'interview d'Edwige Diaz

"Je veux que l'on permette aux commerçants de travailler", souhaite la cheffe de file du RN en Gironde. Leurs représentants à Bordeaux, notamment la Ronde des Quartiers, ont demandé une sanctuarisation du centre-ville les jours de manifestation. "Si, de part la faiblesse de nos dirigeants, du gouvernement [...], on en est réduits à demander une zone protégée, qu'on le fasse. Mais cela en dit long sur l'incapacité de nos gouvernants."

Mercredi, un jeune homme de 19 ans a été condamné à six mois de prison ferme. "Un seul manifestant condamné, c'est très peu. On a vu sur les vidéos qu'ils étaient plusieurs dizaines", réagit Edwige Diaz. "S'il a pu être interpellé et condamné c'est grâce aux caméras de surveillance. Et malheureusement, Pierre Hurmic, dans Bordeaux, décide de ne pas implanter plus de caméras de vidéosurveillance", rappelle la conseillère régionale RN. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess