Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Manuel Valls à Dijon : "j'aime les fonctionnaires"

vendredi 13 novembre 2015 à 19:45 Par Philippe Renaud et Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

Manuel Valls a défendu ce vendredi à Dijon sa réforme des collectivités territoriales et la prochaine fusion des régions. Le Premier ministre devant un parterre de fonctionnaires, a rappelé que le gouvernement comptait sur eux pour mettre en place cette réforme nécessaire pour le pays.

Manuel Valls aime les entreprises, l'Etat et les fonctionnaires
Manuel Valls aime les entreprises, l'Etat et les fonctionnaires © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

Le Premier ministre a-t-il confondu le vendredi 13 avec la St Valentin qui normalement tombe tous les ans, le 14 février. En tout cas, Manuels Valls a profité de sa venue dans la capitale des ducs de Bourgogne pour lancer un message d’amour aux fonctionnaires. Certes leur statut doit évoluer et le gouvernement les accompagnerons a précisé le Premier ministre.

Manuel Valls aime les fonctionnaires

 J’aime les entreprises, j’aime l’État et j’aime les fonctionnaires.

Manuel Valls qui est aussi revenu sur l’hypothèse d’une fusion des listes PS – Les Républicains au second tour des élections régionales pour faire barrage au Front national :"On fait campagne au 1er tour, mais s'il y a un 1er tour c'est qu'il y a un second tour", a-t-il indiqué. "Et tout doit être fait pour empêcher le Fn d'emporter telle ou telle région".

Les petites phrases, les insultes, la vulgarité de certains des responsables politiques, les Français n'en veulent plus. Ce qu'ils veulent c'est un langage de vérité et une très grande détermination, et ils peuvent compter sur moi.

Après ces différentes prises de position, le premier ministre a signé au Grand Dijon, le contrat de revitalisation de la Base aérienne 102 de Dijon-Longvic . L’État doit contribuer à hauteur de 6 millions d'euros, dans ce projet pour compenser la perte de 1640 emplois liés au départ de l'armée de l'air.

Le discours du premier ministre à l'ESC de Dijon - Radio France
Le discours du premier ministre à l'ESC de Dijon © Radio France - Stéphanie Perenon