Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Manuel Valls va solliciter un vote de confiance à l'Assemblée nationale

mardi 26 août 2014 à 16:56 - Mis à jour le mardi 26 août 2014 à 20:35 Par Thibaut Lehut, France Bleu Paris

Le Premier ministre s'est expliqué mardi soir, juste après l'annonce de son nouveau gouvernement. Manuel Valls a donné sa version de la crise déclenchée par les critiques d'Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, désormais anciens ministres. Mais il a surtout annoncé un prochain vote de confiance à l'Assemblée nationale.

Manuel Valls sur le plateau du JT de France 2, en avril 2014
Manuel Valls sur le plateau du JT de France 2, en avril 2014 © Maxppp

Manuel Valls s'est expliqué. Après l'annonce de son nouveau gouvernement mardi soir, le Premier ministre est revenu dans le 20h de France 2 sur ce remaniement qui a suivi les déclarations des désormais anciens ministres Arnaud Montebourg, et Benoît Hamon. 

"Un acte d'autorité"

"Je n'ai rien déclenché" affirme Manuel Valls, ajoutant que "ce sont les déclarations (ndlr d'Arnaud Montebourg et Benoît Hamon) qui ont pu provoquer cet acte d'autorité" qu'a été de changer de gouvernement en évinçant les frondeurs. 

Le Premier ministre, qui s'est dit peiné des critiques émises par ses anciens ministres de l'Economie et de l'Education, a affirmé être d'accord pour le "débat" au gouvernement, mais estime que "les Français ne pouvaient pas accepter ce type de spectacle" de contestation. 

Vote de confiance dans quelques semaines

Une dissolution de l'Assemblée nationale a été évoquée ces derniers jours par plusieurs politiques de l'opposition. Manuel Valls a annoncé qu'il allait se soumettre à un vote de confiance de l'Assemblée en septembre ou octobre, mais dit ne pas avoir de doutes quant au résultat de ce vote : "Les radicaux de gauche sont toujours engagés avec nous et il y a l'immense majorité des députés socialistes qui nous soutiennent" affirme le Premier ministre, qui dit ne pas envisager une dissolution.

Le Premier ministre a à plusieurs reprises durant l'interview afficher ses priorités, comme le logement au sujet duquel il a promis des annonces "dans 48 heures", ou l'Education nationale dont Najat Vallaud Belkacem est désormais la ministre  

Encore de mauvais chiffres du chômage

Les chiffres du chômage du mois de juillet, qui seront dévoilés mercredi soir, "ne peuvent pas être bons, ils seront négatifs",  a affirmé Manuel Valls toujours sur France 2. La France reste sur huit mois de hausse consécutive du chômage et avait atteint en juin un record de 3,398 millions demandeurs d'emploi sans activité en métropole.

Pas de politique d'austérité

Manuel Valls estime ne pas mener de politique d'austérité. Mais pour lui, "nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens" . "Notre politique équilibrée va donner des résultats mais ça va prendre du temps" a conclu le Premier ministre, dont la nouvelle équipe se retrouvera mercredi matin à 10h, pour un premier Conseil des ministres.

***> LIRE AUSSI : * ** ***[Découvrez la composition du nouveau gouvernement Valls](http://www.francebleu.fr/infos/remaniement/remaniement-1721881)* ** ***[VIDEO | Revivez l'annonce du gouvernement Valls II](http://www.francebleu.fr/infos/remaniement/video-remaniement-suivez-en-direct-l-annonce-du-gouvernement-valls-ii-1722099)* ** ***
Valls II - Aucun(e)
Valls II
* **