Politique

Visite en Touraine : Manuel Valls soutient Pontourny et veut rassembler le PS

Par Adèle Bossard, France Bleu Touraine et France Bleu samedi 22 octobre 2016 à 21:55

Manuel Valls a visité le centre de déradicalisation de Pontourny, en Indre-et-Loire
Manuel Valls a visité le centre de déradicalisation de Pontourny, en Indre-et-Loire © Radio France - Adèle Bossard

Le Premier ministre est venu visiter le centre de déradicalisation installé dans le Chinonais ce samedi. Un centre qu'il avait lui même voulu après les attentats de janvier 2015. Puis il a rejoint le centre des congrès pour les "Universités de l'engagement" en présence de ténors du Parti socialiste.

Manuel Valls était en visite en Touraine ce samedi. Il a rencontré des policiers Tourangeaux, puis le maire et les parlementaires de Beaumont-en-Véron, commune d'Indre-et-Loire où est implanté ce Centre de prévention, d'insertion et de citoyenneté (CPIC). "Son" centre, celui qu'il avait lui-même demandé, au lendemain des attentats de janvier.

Manuel Valls et la ministre Laurence Rossignol discutent avec les cuisiniers du centre. - Radio France
Manuel Valls et la ministre Laurence Rossignol discutent avec les cuisiniers du centre. © Radio France - Adèle Bossard

La visite a duré une trentaine de minutes : les chambres, les lieux de vie, la cour intérieure. Manuel Valls s'est aussi entretenu avec plusieurs membres du personnel du centre, et notamment le directeur, des éducateurs, un aumonier ou des cuisiniers. Il a également rencontré deux résidents, en huis clos, à l'abri des caméras et des micros. A Pontourny, le Premier ministre a surtout voulu rassurer et défendre son projet :

Ici, il y a des jeunes qui sont "au bas du spectre", qui ne sont pas des terroristes, qui se cherchent, qui s'interrogent et qu'il faut aider. Il vaut mieux qu'ils soient dans un centre de ce type, de manière volontaire, plutôt que dans la rue, ou ailleurs, où là, sur internet ou avec des mauvaises fréquentations, ils pourraient basculer.

Manuel Valls, Premier ministre

Le Premier ministre a surtout réaffirmé sa volonté d'ouvrir un centre de déradicalisation similaire à celui-ci dans chaque région de France, et ce dès 2017.

Une petite centaine de manifestants

En haut de l'allée qui mène au centre, une centaine de manifestants est venue montrer son opposition à ce projet : principalement des riverains, des membres de l'association "Radicalement digne de Pontourny" (dont les responsables ont rencontré l'un des collaborateurs de Manuel Valls), ainsi que quelques élus locaux du Front national. Mais Manuel Valls est entré sur le site par une entrée à l'arrière, sans passer devant leurs banderoles.

Les riverains ont voulu montrer leur opposition au Premier ministre - Radio France
Les riverains ont voulu montrer leur opposition au Premier ministre © Radio France - Adèle Bossard

Une visite de soutien aux policiers

Avant sa visite de Pontourny, et sans la presse, Manuel Valls est allé à la rencontrer des policiers tourangeaux, après plusieurs journées de grèves spontanées des forces de l'ordre, partout en France et notamment à Tours. Il était accompagné du préfet de département.

Un meeting pour rassembler la gauche et le parti socialiste

La journée du Premier ministre en Touraine s'est achevée par un meeting au centre des Congrès du Vinci, à Tours. Il participait aux Universités de l'Engagement, organisées par le Parti socialiste. A ses côtés, il y avait le Premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, ou encore les ministres Marisol Touraine (Affaires sociales et Santé) et Emmanuelle Cosse (Logement).

LIRE AUSSI : Élection présidentielle : "la présence de la gauche n'est pas acquise au second tour", selon Manuel Valls

Partager sur :