Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Marc Coatanéa et Pierre Karleskind écartés de leurs mandats à la Métropole de Brest

mardi 28 novembre 2017 à 5:47 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel

Ils étaient vice-présidents de la métropole de Brest, mais également très engagés au sein d'En Marche ! François Cuillandre, le maire (PS) de Brest et président de la Métropole a tranché et préfère leur retirer leurs délégations. Une décision partisane ?

Pierre Karleskind
Pierre Karleskind - En Marche / Facebook

Brest, France

Voilà déjà quelques semaines que ça sentait le roussi, même si les deux intéressés faisaient mine de ne rien savoir. Officiellement, en tout cas. Ainsi, samedi dernier, lors des journées d'automne du mouvement En Marche ! à Concarneau, le marcheur Pierre Karleskind, disait au micro de France Bleu qu'il n'était "au courant de rien". Bon.

Deux vice-présidence retirées

48h après à peine, la décision tombe. François Cuillandre décide de retirer les délégations à la ville et à la Métropole de ces deux vice-présidents. Marc Coatanéa était jusque-là en charge des ressources humaines , et Pierre Karleskind en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Il y a une analyse très partisane. La Métropole s'est toujours construite au-delà des courants politiques. Il y a une forme de repli de François Cuillandre - Pierre Karleskind

Et pourtant, le maire de Brest et président de Brest Métropole avait déjà pris sa décision. La perspective d'avoir au sein de l'exécutif de la Métropole deux potentiels candidats à la future élection municipale et/ou métropolitaine était assez difficile à supporter. Deux profils qui se sont "exclus de la majorité" d'après les partisans du maire de Brest. Ce n'est pourtant pas une grande découverte politique que de voir des majorités partir en ordre dispersé à de futures élections locales. A Brest, bastion PS plus vigoureux que d'autres encore, la "sédition" En Marche ! passe peut-être encore plus difficilement qu'ailleurs.

Pierre Karlsekind, navré de la décision de François Cuillandre

Pierre Karleskind, ex-jeune loup du PS, avant de devenir référent En Marche ! du Finistère (très tôt lors de la campagne d'Emmanuel Macron) exprime son amertume : " Il y a là une forme de repli de la part de la part de François Cuillandre. Je trouve cela dommage, parce que en plus on est dans un moment où notre territoire a besoin d 'aller voir au-delà, de pouvoir emmener l'ensemble du pays de Brest. Je ne suis pas sûr que c'est en s'affirmant comme le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste que François Cuillandre va réussir à relever ce pari ".

Et la région Bretagne ?

Egalement élu à la région, le jeune responsable du mouvement macroniste voit une situation très différente au conseil régional de Bretagne : "Le président Loïg Chesnais-Girard avait appelé très clairement à voter Emmanuel Macron. Bien sûr, nous ne sommes pas d'accord sur tout avec les autres représentants de la majorité à l'assemblée régionale, mais ce qui importe c'est l'intérêt supérieur de la Bretagne. De ma part, en tout cas, il n'y a pas d'impossibilité de travailler avec d'autres formations politiques".