Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales 2015 en Bretagne : Marc Le Fur, l'erreur de casting?

mardi 8 décembre 2015 à 12:58 Par France Bleu Armorique et Johan Moison, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Avec 23,5% des suffrages au premier tour des régionales en Bretagne, la liste conduite par Marc Le Fur ne fait pas mieux que celle de Bernadette Malgorn en 2010. Elle fait même moins puisqu'il y a 5 ans, il y avait une candidature MoDem. En coulisses, certains évoquent une erreur de casting.

Marc Le Fur au soir du 1er tour
Marc Le Fur au soir du 1er tour © Maxppp

Rennes, France

Personne pour s'exprimer au micro, sujet trop sensible dans l'entre-deux-tours. En « Off » en revanche, les langues se délient. « Erreur de casting? Bien évident », glisse un élu de la droite bretonne.

Un bosseur , pas un fédérateur

« Marc Le Fur est un bosseur, il fait une belle campagne centrée sur la Bretagne mais il est trop clivant, trop perso, ses prises de position contre le mariage pour tous, sur les bonnets rouges, l'élevage intensif le desservent ». « Il n'a pas su fédérer, rassembler autour de lui. Au vu de sa personnalité, on aurait pu espérer qu'il prenne des voix au Front National mais ça ne s’est pas produit », ajoute un autre élu. _« Au contraire, il a perdu les voix du centre qui se sont reportées sur Le Drian ».

_

Marc Le Fur souffre d'un manque de notoriété

« Marc Le Fur souffre d'un manque de notoriété au-delà de sa circonscription » [il est député de la troisième circonscription des Côtes d’Armor, NDLR], ajoute à un autre membre de sa famille politique. « Difficile de faire face à un Jean-Yves Le Drian ministre de la défense, devenu une personnalité de premier rang au niveau national et international ». « On ne va pas tirer sur l'ambulance », glisse enfin un centriste, « mais si on en sait pas rassembler, on ne peut pas gagner ». Tout cela promet un grand remue-ménage à droite au lendemain du second tour.